/entertainment/movies
Navigation

Les ciné-parcs devront attendre

Le couvre-feu retarde le lancement de leur saison

GEN - CINÉ-PARC BELLE NEIGE VAL MORIN
Photo d’archives Les ciné-parcs ne peuvent accueillir de spectateurs avant la levée du couvre-feu.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir connu un regain de popularité au début de la pandémie l’été dernier, les ciné-parcs sont contraints de retarder le lancement de leur nouvelle saison à cause du couvre-feu qui est en vigueur dans plusieurs régions au Québec. 

• À lire aussi: Ces 10 films ont eu une deuxième vie pendant la pandémie

En temps normal, les ciné-parcs québécois recommencent à accueillir des voitures remplies de spectateurs à compter de la fin avril. Avec le printemps hâtif, certains d’entre eux auraient même été prêts à rouvrir leurs portes plus tôt. 

Le problème, c’est que quatre des cinq ciné-parcs de la province sont actuellement situés dans des zones rouges ou orange et sont donc soumis à un couvre-feu qui les empêche d’organiser des projections à la belle étoile. 

« C’est dommage parce qu’avec le beau temps des dernières semaines, on aurait pu ouvrir plus tôt que d’habitude », se désole Nicolas Vallier, propriétaire du Ciné-Parc Belle Neige, dans les Laurentides.

« Dans les Laurentides, le couvre-feu est à 21 h 30. On a évalué si c’était possible d’ouvrir en présentant seulement un film par écran, mais comme il faut attendre que la noirceur s’installe pour débuter la projection, c’est impossible. C’est plate parce que les ciné-parcs étaient considérés comme la formule d’activité culturelle la plus sécuritaire l’an dernier. Ça serait dommage de ne pas pouvoir offrir ça aux gens cette année. »

Pression

Paradoxalement, la Santé publique a récemment confirmé à l’Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ) que les ciné-parcs avaient l’autorisation de rouvrir leurs portes. « C’est vraiment juste le couvre-feu qui les empêche de le faire », souligne le président de l’APCQ, Denis Hurtubise. 

À l’heure actuelle, seules les régions en zone jaune n’ont pas de couvre-feu. Un seul ciné-parc québécois – celui de Chandler, en Gaspésie – est situé dans une zone jaune, mais il n’a toujours pas annoncé sa date de réouverture. Théoriquement, les quatre autres (Belle-Neige, Orford, Saint-Hilaire et Saint-Eustache) devront attendre que leurs régions respectives basculent au jaune avant de pouvoir reprendre leurs activités.

Le Ciné-Parc Orford a tout de même déjà fixé sa date d’ouverture au 7 mai. Mais son copropriétaire, François Pradella, s’attend à devoir la repousser. 

« En ce moment, en Estrie, on est en zone orange avec des chiffres qui tendent vers le rouge, alors je vois mal comment on pourrait descendre en jaune d’ici deux semaines, avance-t-il. Cela dit, je suis assez optimiste pour la fin mai. À mon avis, quand il va commencer à faire beau en mai, il va y avoir de la pression pour qu’on puisse rouvrir. »

À VOIR AUSSI | Le baromètre des plus grands chanteurs et chanteuses québécois