/opinion/columnists
Navigation

Pandémie: l’autre vague...

Plusieurs personnes ont défilé dans les rues de Saint-Georges, samedi, pour dénoncer les mesures sanitaires du gouvernement Legault.
Photo Didier Debusschere Plusieurs personnes ont défilé dans les rues de Saint-Georges, samedi, pour dénoncer les mesures sanitaires du gouvernement Legault.

Coup d'oeil sur cet article

Celle générée par le virus de la désinformation. Ce virus qui s’illustre à travers des sites qui prolifèrent sur internet. De plate-forme en plate-forme ; de fausse nouvelle en fausse nouvelle, il se propage plus vite qu’un variant de la COVID-19.

Ce virus de la désinformation n’est pas nouveau. Mais il est plus agressif et plus véloce. Il gagne du terrain sur la vérité scientifique...

Il nous visite régulièrement. Pensons à l’État profond aux États-Unis, cette élite industrielle et financière qui gouvernerait ce pays dans l’ombre. Et que dire de l’influence planétaire et du « satanisme » maçonnique, des extraterrestres, de la NASA et son agenda caché, de l’assassinat de JFK et autre 11 septembre 2001 ?

Les cibles du jour

Aujourd’hui, c’est au tour de la COVID-19, des variants, des vaccins, des responsables politiques et ceux de la Santé publique de faire l’objet de cynisme, de scepticisme et de croyances de la part d’un nombre grandissant et bruyant de nos concitoyen(ne)s à travers l’internet et les médias sociaux.

Ils sont réputés être des adeptes de ce qu’il a été convenu de nommer « complotisme ». Pour certains, par exemple, la COVID-19 n’est qu’une simple grippe. Et pour d’autres, l’industrie pharmaceutique, le Big Pharma, vient de trouver le moyen de renflouer ses caisses avec l’idée du vaccin, car les molécules ne rapportaient plus autant d’argent qu’avant. 

Comme une pandémie, ce virus frappe un peu partout dans le monde. Ne pas le prendre au sérieux serait dommageable, voire dangereux.  

Rupture et défiance

Dans leurs rangs ici et à travers la planète, si l’on trouve notamment des « chercheurs » et des « médecins » autoproclamés, il y a également de vrais médecins et pharmaciens qui contribuent à la désinformation. Et c’est avec conviction qu’ils appellent à la désobéissance civile.

Ils vont même jusqu’à inviter les gens à ne pas porter le masque et à ne pas se faire vacciner, adressant au passage des messages irrévérencieux aux décideurs politiques et les appelant par ailleurs à se « réveiller »...

Ils affirment que les politiques de santé publique des gouvernements sont essentiellement un complot servant les intérêts de Big Pharma. Et de plus en plus de gens y croient. L’opinion prend progressivement le dessus sur la vérité scientifique...

Immuniser contre la désinformation

Dans les circonstances, les populations ont soif de savoir. Elles sont en quête de vérité... De vérité scientifique, car, prises entre « l’opinion » et « la vérité scientifique », elles baignent dans la confusion. Elles perdent confiance.

Dans une perspective pédagogique, la collaboration d’experts et de journalistes pour le décryptage régulier de fausses nouvelles générées notamment par les médias sociaux serait salutaire.  

Aussi, malgré l’ensemble des difficultés du moment, les autorités publiques se démènent constamment pour sauver des vies en évitant l’effondrement du réseau de la santé. Cependant, leur action gagnerait à s’inscrire davantage dans la transparence et la cohérence pour ne pas nourrir la « bête ». Et pour retrouver un peu de sérénité.