/misc
Navigation

Budget fédéral: un vrai bar ouvert

Coup d'oeil sur cet article

Chrystia Freeland avait promis que son budget serait l’un des plus importants de l’histoire.

C’est gagné ! Non seulement n’a-t-on jamais vu un gouvernement engager autant de nouvelles dépenses, mais rarement aura-t-on vu un ministre des Finances aussi incapable de dire non !

Plongé dans le cauchemar d’une troisième vague fulgurante, difficile de reprocher au gouvernement Trudeau de dépenser plus de 27 milliards de dollars pour passer au travers.

Un immense programme national de garderies ? Bravo ! Le Québec a démontré l’effet de levier incroyable de la participation des femmes au marché du travail et à la croissance économique.

Des milliards pour les PME, l’innovation, l’environnement ? Bien sûr ! Il est essentiel de se servir du plan de relance pour mieux outiller l’économie canadienne aux défis de demain.

Un p’tit coup de main pour le tourisme, les arts et les livres ? Ça va de soi.

Mais mettre de côté de l’argent pour rétablir le financement à long terme de la santé ? Pas possible, voyez-vous, les coffres sont vides.

Car le gouvernement Trudeau a ses propres priorités.

Tout y passe !

C’est ainsi que les travailleurs atomiques auront enfin droit à la reconnaissance.

Capital, bien sûr, l’apprentissage du camping sera financé.

Intégration des femmes racisées, accès numérique à notre patrimoine, milieux de travail plus accessibles, toxicomanie, autisme, champs de bataille nationaux, victimes du communisme, sportifs, étudiants, chaque groupe a droit à son petit magot.

D’ailleurs, saviez-vous qu’on avait besoin d’un Commissaire aux données ? Qu’il coûtera plus cher de « préserver la région de la Capitale-Nationale » que de sauver le saumon sauvage du Pacifique ?

Décidément la pandémie a le dos large. Surtout lorsqu’elle sert de prétexte pour acheter des votes en vue des élections.

Pas surprenant que le gouvernement ait mis de côté 6 M$ pour la Commission aux débats des chefs !

À VOIR AUSSI: