/entertainment/tv
Navigation

«Pour toi Flora»: une première série dramatique autochtone à Radio-Canada

«Pour toi Flora»: une première série dramatique autochtone à Radio-Canada
PHOTO COURTOISIE/Radio-Canada

Coup d'oeil sur cet article

Un grand pas supplémentaire en faveur de la diversité culturelle au petit écran vient d’être accompli. Une première série dramatique écrite, réalisée et produite par des créateurs autochtones, traitant du lourd et douloureux héritage des pensionnats autochtones au Québec, vient d’entrer en production à Radio-Canada, a-t-on appris mardi.

Les six épisodes d’une heure de Pour toi Flora, de la scénariste et réalisatrice d’origine mohawk Sonia Bonspille Boileau, seront à l’affiche sur ICI Tou.tv Extra au printemps 2022, puis diffusée à ICI Télé, en 2022-2023, à heure de grande écoute, a-t-on tenu à préciser. La fiction aura aussi une fenêtre sur APTN, le Réseau de télévision des peuples autochtones.

Preuve de l’engagement total de la société d’État envers les communautés autochtones avec ce projet, Pour toi Flora sera relayée en deux langues sur ICI Tou.tv Extra. Une première version anishinaabemowin, sous-titrée en français, sera d’abord offerte pendant sept jours sur la plateforme, avant la mise en ligne de la mouture originale en français.

Inspiré de faits réels

Le producteur Jason Brennan, de la compagnie autochtone Nish Média, plantera l’équipement de tournage de Pour toi Flora en territoire algonquin, avec l’appui de la communauté autochtone de Kitigan-Zibi, l’automne prochain et à l’hiver 2022.

On a aussi indiqué qu’une recherche d’envergure de comédiens («casting de terrain») se tiendra dans les communautés autochtones cet été, pour combler plusieurs rôles.

Les acteurs principaux de l’oeuvre, eux, ont été dévoilés mardi. Il s’agit de Dominique Pétin, Marco Collin, Virginie Fortin, Samian et Mylène St-Sauveur. Théodore Pellerin sera aussi de cette grande aventure, comme Antoine Pilon et Eve Ringuette.

Pour toi Flora s’appuie sur une histoire fictive, mais inspirée de véritables témoignages liés aux pensionnats autochtones, des établissements religieux financés par l’État qui avaient jadis comme objectif d’assimiler les enfants autochtones et de les priver des enseignements traditionnels de leur communauté.

«Je voulais m’assurer que ça se faisait dans le respect des survivants et des familles qui vivent encore avec les répercussions», a souligné l’auteure et cinéaste, Sonia Bonspille Boileau.

On suivra la quête de sérénité de deux jeunes Anishinaabes (Algonquins) qui tentent de faire la paix avec leur ancienne réalité en pensionnat. Des êtres arrachés à leurs parents par les Oblats dans les années 60, à l’âge tendre de l’enfance, et subissant encore les conséquences de leur difficile passé. On croisera ces deux protagonistes à diverses époques de leur vie, dans une trame contemporaine.

Chaque épisode comportera son lot de «punchs» et de revirements, a insisté l’âme de Pour toi Flora, Sonia Bonspille Boileau. On n’a d’ailleurs pas totalement mentionné qui jouera quoi par rapport à qui dans la distribution, question de ne pas vendre de surprise.

Dany Meloul, directrice générale de la télévision de Radio-Canada, a mentionné en point de presse virtuel que l’idée de Pour toi Flora est en développement depuis deux ans, mais que la pandémie a ralenti le processus.