/news/politics
Navigation

Capture d'écran du député Amos nu: le bloquiste Sébastien Lemire présente ses excuses

William Amos
Photo courtoisie Le député libéral William Amos

Coup d'oeil sur cet article

Le député bloquiste Sébastien Lemire a présenté ses excuses mercredi pour avoir fait une capture d’écran quand le député libéral William Amos s’est présenté flambant nu devant sa caméra durant les travaux en mode virtuel d’un comité parlementaire, le 14 avril dernier.

• À lire aussi: Un député surpris flambant nu pendant la période de questions

• À lire aussi: Député nu en période de questions: une enquête est déclenchée à cause d'une capture d'écran

• À lire aussi: Nu dans son bureau: William Amos juge «dérangeante» la fuite de sa photo

Il a toutefois affirmé, dans une allocution devant la Chambre des communes, à Ottawa, ne pas savoir comment le cliché controversé s’est ensuite retrouvé dans les médias.

«Je tiens aujourd’hui à présenter mes excuses à la Chambre pour avoir enfreint le règlement en prenant une photographie d’un collègue lors de la période de questions du 14 avril dernier. J’ai tenu personnellement à lui présenter mes excuses. Je tiens néanmoins à le réitérer publiquement, à lui personnellement, à sa famille, aux collègues et à toute personne que j’ai pu offenser», a dit l’élu de la circonscription d’Abitibi-Témiscamingue.

«Je tiens à vous dire en terminant que je n’ai aucune idée comment cette photo a pu se retrouver dans les médias, et que dans les circonstances, ce sera le seul commentaire que je ferai», a-t-il ajouté.

La capture d’écran montrait M. Amos complètement nu, alors qu’il ignorait que sa caméra était activée pendant qu’il se changeait à la suite d’une séance de course à pied. L’image a fait le tour du monde et plongé l’élu de Pontiac, une circonscription de l’Outaouais, dans l’embarras.

C’est un chroniqueur politique torontois qui a obtenu l’image sur laquelle on voit M. Amos nu entre les drapeaux du Québec et du Canada, son sexe caché par son téléphone.

La whip du Bloc québécois, Claude DeBellefeuille, députée de Beauharnois-Salaberry, avait ensuite interpellé le président de la Chambre, mais sans nommer le député Amos.

«Je pense qu’aujourd’hui, on a battu un record puisqu’on a pu voir un député dans son plus simple habit, c’est-à-dire nu! Peut-être rappeler aux députés, surtout masculins, que la cravate et le veston sont obligatoires et aussi, le chemisier, le caleçon et le pantalon», avait-elle dit devant sa propre caméra.

Soulignons qu’une enquête a été déclenchée relativement à toute cette affaire. Un règlement de la Chambre des communes interdit de prendre des photos pendant les travaux parlementaires.
William Amos, de son côté, avait jugé «dérangeante» la fuite de sa photo le montrant dans son plus simple appareil et parlé d’une erreur malheureuse.

«Je juge dérangeant que quelqu’un ait pu partager cette photo. Je trouve approprié qu’il y ait un processus d’enquête à cet égard pour qu’il y ait reddition de comptes, car il est important que la vie privée de tous les parlementaires, y compris celle de leur famille, soit protégée», avait-il indiqué la semaine dernière.