/news/politics
Navigation

Coderre : repenser la police, mais pas la désarmer

Coup d'oeil sur cet article

Pour Denis Coderre, l’idée est intraitable. Il est hors de question de définancer la police ou d’en désarmer les agents, mais ceux-ci doivent être équipés de caméras corporelles. 

• À lire aussi: Un conseiller indépendant se rallie à Denis Coderre

• À lire aussi: Une «tâche colossale» de financement pour Coderre

«On peut repenser la police, mais on a besoin d’elle», a souligné M. Coderre, mercredi, en conférence de presse avec son parti Ensemble Montréal. La question a été soulevée au lendemain de la condamnation du policier Derek Chauvin aux États-Unis, qui a fait couler beaucoup d’encre.

Projet Montréal, le parti de Valérie Plante, a récemment adopté plusieurs projets pour réformer la police de la métropole, incluant celui de désarmer certains agents, lors de son congrès annuel, le 11 avril dernier.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

M. Coderre s’est néanmoins montré ouvert à l’idée de revoir le fonctionnement du SPVM, notamment en donnant plus de fonds aux organismes communautaires travaillant sur le terrain, et en intégrant le directeur de police dans l’administration de la Ville.

Il a reconnu qu’il y a présentement des problèmes de profilage racial, mais selon lui, les policiers font également partie de la solution et un travail collaboratif doit se faire.

«Les caméras portatives sont essentielles, c’est l’autre côté de la médaille», a également ajouté M. Coderre, qui a dit ne pas comprendre pourquoi la Ville attendait le gouvernement pour aller de l’avant avec leur imposition.

Ensemble Montréal avait exigé, en mars dernier, l’implantation immédiate de caméras portatives sur les policiers du SPVM. Une demande qui a toutefois été reportée aux calendes grecques par l’administration de la Ville de Montréal.

M. Coderre s’est également dit scandalisé par les images récentes de l’arrestation au métro Jean-Talon, et a rappelé que son parti a réclamé une enquête indépendante à ce propos.

Joël Lemay / Agence QMI

Campagne positive

«Ça ne sera pas une campagne électorale basée sur des attaques personnelles, je laisse ça aux autres. Elle sera plutôt basée sur des enjeux», a tenu à souligner M. Coderre.

Il a souligné qu’au cours des dernières années, depuis sa défaite électorale en 2017, il s’était imposé un devoir de réserve, refusant de commenter ou de critiquer les décisions prises par l’administration Plante.

M. Coderre a également refusé de commenter la gestion de la crise faite par Projet Montréal pour cette même raison. «On ne doit pas se demander comment on doit gérer la crise, mais plutôt comment s’en sortir. Ce qui va être important est de donner de l’espoir aux gens», a-t-il pondéré.

Il s’est également positionné comme la personne ayant l’expérience pour effectuer cette sortie de crise et relancer l’économie de Montréal.

À VOIR aussi: 

Deux candidats pour Ensemble Montréal

Denis Coderre avait convoqué une conférence de presse mercredi matin pour présenter deux candidats qui représenteront son équipe lors des prochaines élections.

Le conseiller municipal Hadrien Parizeau, qui siégeait comme indépendant, quitte le poste qu’il occupait au sein du comité exécutif de la Ville afin de rejoindre les troupes d’Ensemble Montréal. Le siège qu’il briguera n’a toutefois pas été annoncé, tant M. Parizeau que M. Coderre ayant refusé de se prononcer à ce sujet.

«Les gens dans Ensemble Montréal sont contents de son retour. Ce n’est pas facile de prendre ce genre de décision», a souligné M. Coderre.

M. Parizeau avait originalement été élu en 2017, sous la bannière de l’Équipe Denis Coderre pour Montréal. Il a toutefois été exclu du parti après avoir accepté l’invitation à joindre le comité exécutif de la mairesse Valérie Plante, comme responsable des dossiers jeunesse, sports et loisirs.

La mairie de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville est présentement occupée par Émilie Thuillier, de Projet Montréal. Elle avait remporté l’élection au cours d’une chaude lutte contre son rival Harout Chitilian, du parti de Coderre. Moins de 5 % des voix avaient séparé les deux candidats.

La leader de l’opposition à l’hôtel de ville, Karine Boivin-Roy, tentera pour sa part sa chance à la mairie de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, après avoir été conseillère municipale au sein du même arrondissement au cours des huit dernières années.

«Il faut trouver le bon dosage, entre écouter les citoyens, les accompagner dans leurs différentes requêtes, et en même temps, mettre sur pied des projets qui sont importants pour la relance de Montréal», a révélé Mme Boivin-Roy.

C’est présentement Pierre Lessard-Blais, de Projet Montréal, qui occupe le poste de maire de l’arrondissement depuis 2017, après avoir vaincu Réal Ménard, maire sortant et membre de l’Équipe Coderre.

Annonce à Projet Montréal 

Du côté de Projet Montréal, la conseillère du district d’Ahuntsic, Nathalie Goulet a confirmé mercredi qu’elle se présenterait à nouveau dans la circonscription. Elle occupe le poste depuis la dernière élection, en 2017.

«C'est avec énormément de fierté que nous accueillons cette nouvelle! Nathalie Goulet est une femme exceptionnelle, qui défend les intérêts des citoyens du district d'Ahuntsic avec une vigueur extraordinaire», a déclaré le parti sur Twitter.