/finance/news
Navigation

Des «peanuts» d’Ottawa pour les aînés québécois

OrgUV_Lst-31-Concept-RAW-ready
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Alors voilà, les Canadiens de 75 ans et plus recevront un chèque de 500 $ en août, à quelques mois de probables élections, puis ils verront leur pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV) augmenter de 10 % (766 $ par année) à compter de juillet 2022.

• À lire aussi: Comprendre la dette

• À lire aussi: Les milliards pleuvent encore à Ottawa

Comme le reste de la PSV, cette bonification sera ensuite indexée à l’inflation. 

Une grosse affaire ? Tout est relatif. En comparaison de tout l’argent qui sort actuellement, c’est des peanuts.

Il y a deux ans, ajouter une dépense récurrente de 3 G$ à un déficit de 20 G$ tout aussi récurrent pouvait passer pour irresponsable. Mais dans un budget déficitaire de 155 G$, après un déficit record (et moins lourd que prévu) de 354 G$, tout ça ressemble soudainement à une bagatelle. Alors pourquoi pas davantage ? On a perdu nos repères... 

Un petit rattrapage

Quand on y pense, ce n’est pas non plus la mer à boire. Je parle pour les retraités. Les gens concernés toucheront après tout 63 $ de plus par mois, imposables. 

Comme le martèle le Bloc québécois, c’est vrai que l’indexation de la PSV pose problème. La prestation est ajustée chaque année en fonction de l’indice des prix à la consommation, et non sur les salaires qui augmentent plus vite. Conséquence : la PSV occupe une place toujours plus petite dans les revenus de remplacement des nouveaux retraités. 

Je ne crois pas qu’il faille indexer la PSV sur les salaires, mais procéder à un rattrapage à l’occasion semble parfaitement justifiable.  

Inspiré du rapport D’Amours 

Mais pourquoi cette amélioration est-elle réservée aux gens de 75 ans et plus ? Il y a évidemment une question de coût, mais pas uniquement.

Le gouvernement fédéral semble s’appuyer sur des thèses empruntées au rapport D’Amours. Pour rappel, ce document est le fruit d’un comité québécois d’experts qui s’est penché sur notre système de retraite, au début des années 2010. Dirigé par l’ancien patron de Desjardins, Alban D’Amours, le comité préconisait la mise en place d’une « rente de longévité » à partir de 75 ans. Cette prestation devait pallier l’épuisement de l’épargne et l’incapacité, à partir d’un certain âge, de tirer des revenus d’un travail à temps partiel.

En mettant la barre à 75 ans pour avoir droit à la bonification, c’est comme si le gouvernement de Justin Trudeau invitait les retraités à puiser plus rapidement dans leur bas de laine de 65 ans à 75 ans.

Quant à ceux qui n’ont pas d’épargne, ils devront prendre leur mal en patience. Il leur faudra attendre 10 ans avant de voir leur sort s’améliorer.  

Infos utiles   

  • Le chèque de 500 $ sera envoyé au mois d’août à toutes les personnes de 75 ans ou plus (à compter de juin), quel que soit leur niveau de revenu.  
  • Cette prestation unique ne tient pas compte de l’impôt de récupération sur la PSV (à 130 000 $ de revenus, il ne reste plus rien de la PSV). Les nantis y auront droit aussi, bien que le montant soit soumis à l’impôt normal.   
  • La bonification subséquente (juillet 2022) de la PSV est imposable, mais n’affectera pas les bénéficiaires du Supplément de revenu garanti.  
  • L’augmentation de la pension est de 10 %. Toutefois, on ignore encore quel sera l’impact sur la prestation des personnes qui ont retardé les premiers versements de leur PSV. Rappelons que celle-ci est augmentée de 36 % pour les pensionnés qui l’ont demandée à 70 ans plutôt qu’à 65 ans. Est-ce que la bonification sera elle aussi haussée de 36 % ? La question a été soulevée par Daniel Laverdière, directeur du centre d’expertise de Banque Nationale Gestion Privée 1859. Ce n’est pas précisé dans le budget.   

À VOIR AUSSI | Quoi retenir du budget fédéral 2021?