/finance
Navigation

Le taux directeur demeure à 0,25 %

Le taux directeur demeure à 0,25 %
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Banque du Canada maintient, une fois de plus, son taux directeur à 0,25 %, en attendant une embellie économique qui permettrait de le faire remonter. 

Abaissé de 1,75 % à 0,25 % en à peine trois semaines en mars 2020 dans la foulée de la contraction de l'économie causée par la COVID-19, le taux directeur est demeuré inchangé depuis maintenant 13 mois.

«Même si les perspectives économiques s’améliorent, le Conseil de direction juge qu’une marge de capacités excédentaires considérable subsiste et que la reprise doit continuer d’être appuyée par des mesures de politique monétaire exceptionnelles. Nous restons engagés à maintenir le taux directeur à sa valeur plancher jusqu’à ce que les capacités excédentaires dans l’économie se résorbent, de sorte que la cible d’inflation de 2 % soit atteinte de manière durable», a expliqué la Banque du Canada mercredi matin.

Celle-ci s'attend à ce que la cible d'inflation soit atteinte au cours de la seconde moitié de 2022, si bien que le taux directeur risque de demeurer bas longtemps. Il s'agit néanmoins d'une prédiction plus optimiste que par le passé, puisque la Banque prévoyait que ce cap serait atteint en 2023 lors de sa précédente mise à jour, en mars.

Constatant que l'économie reprend déjà de la vigueur, la Banque va abaisser de 4 à 3 milliards $, dès la semaine prochaine, ses achats hebdomadaires d'obligations du gouvernement, une façon pour elle d'injecter des fonds dans l'économie.

Par ailleurs, la Banque du Canada entrevoit maintenant une croissance de 6,5 % du PIB du pays en 2021 à mesure que l'économie rouvrira dans la foulée de la pandémie. Cette croissance s'essoufflera par la suite pour atteindre 3,75 % en 2022 et 3,25 % en 2023.

Les prévisions demeurent cependant très incertaines, dans le contexte actuel. Par exemple, la Banque du Canada a noté que l'économie canadienne a crû bien plus rapidement que prévu au premier trimestre de 2021.

«Cependant, les nouveaux confinements porteront un autre coup dur et le marché du travail reste difficile pour de nombreux Canadiens, en particulier les travailleurs faiblement rémunérés, les jeunes et les femmes», a-t-elle ajouté.

Un nouveau rebond de l'économie devrait survenir lors de la deuxième moitié de l'été, advenant que la vaccination permette finalement aux Canadiens de retrouver un rythme de vie plus normal.

La prochaine date de révision du taux directeur a été fixée au 9 juin prochain.