/opinion/columnists
Navigation

Loi 21: le Québec est devenu un fromage suisse

Coup d'oeil sur cet article

Le juge Marc-André Blanchard de la Cour supérieure a tranché.

La loi 21 s’applique à toutes les écoles du Québec... sauf aux écoles anglophones

En gros, ça veut dire que le Québec ressemble maintenant à un fromage suisse. 

Si tu enseignes dans un établissement anglophone, tu tombes dans un des trous du fromage et te retrouves comme par magie transporté dans un univers parallèle où une loi adoptée par l’Assemblée nationale ne s’applique pas à toi. 

DEUX CATÉGORIES DE CITOYENS

Mettez-vous dans la peau d’un immigrant récemment arrivé au Québec. 

Tu te dis : « D’un côté, il y a les écoles anglophones qui sont ouvertes et tolérantes et qui permettent à leurs enseignants de porter un voile, un turban ou une kippa.

« Et de l’autre, les écoles francophones qui interdisent aux profs de porter un signe religieux. »

Wow, ça c’est bon pour la cohésion sociale, non !

C’est bon pour le vivre-ensemble !

On va créer deux catégories de citoyens ! 

  • Écoutez le commentaire de Richard Martineau sur QUB radio:  

Une catégorie qui devra respecter la loi 21 à la lettre. Et une autre qui aura un passe-droit !

Rien de mieux pour foutre le bordel. 

Une loi qui s’applique différemment selon la langue que tu parles !

Comme Orwell dirait : « Tous les citoyens sont égaux, mais certains sont plus égaux que d’autres. »

Tiens, on devrait faire ça pour les camionneurs.

« Tu es un camionneur anglophone ? Le règlement sur l’excès de vitesse ne s’applique pas à toi ! »

Pas sûr que ça serait bien accepté...

C’est comme si on disait aux enseignants francophones : « Vous devez respecter la loi 21, car vous habitez au Québec. »

Et aux enseignants anglophones : « Vous êtes dispensés de respecter la disposition de la loi 21 concernant l’école, car vous habitez au Canada. »

Il y a un mot pour ça : partition. 

Comme m’a dit mon ami Guy Perkins : le Québec a maintenant son Irlande du Nord. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

DANS LA CONSTITUTION

Remarquez, le juge Blanchard n’avait pas le choix : c’est comme ça que fonctionne la Constitution canadienne.

Elle permet aux minorités linguistiques de gérer comme elles veulent leurs écoles.

Voilà pourquoi les anglophones ont encore leurs commissions scolaires alors que les francophones ont maintenant des centres de service. 

C’est considéré comme non négociable. Une valeur fondamentale du pays. 

Vous êtes tannés de ce pays schizophrène qui empêche un gouvernement élu démocratiquement d’appliquer à l’ensemble de ses citoyens une loi adoptée par l’Assemblée nationale ?

Il y a une solution, une seule.

Beu-bye.

Don’t call us, we’ll call you. 

UN PAYS SANS BON SENS

« Oui, mais cette loi protège aussi les minorités francophones hors Québec contre tout gouvernement provincial qui voudrait limiter leurs droits d’enseigner dans leur langue », me direz-vous.

Mais la loi 21 n’empêche pas les profs anglophones d’enseigner en anglais. Elle leur interdit de porter un signe religieux pendant leurs heures de travail !

Qu’est-ce que cela a à voir avec la langue ? À moins qu’on dise que pour les anglophones, les signes religieux sont super importants, que ça fait partie intégrante de leur culture !

Décidément, comme disait le cinéaste Pierre Perrault, ce pays est sans bon sens. 

Il nous empêche de nous gérer comme nous le voulons.