/news/currentevents
Navigation

Menaces de mort à Trudeau, Legault et Arruda: l'homme plaide coupable

L’homme de 27 ans est passible d’une peine de cinq ans de prison

menaces pm
Photo tirée de Facebook Le résident de Gatineau Kevin Goyette a été arrêté à son domicile le 30 juillet dernier.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme de Gatineau qui a menacé de mort les premiers ministres Justin Trudeau et François Legault ainsi que le Dr Horacio Arruda sur Facebook en juillet dernier a reconnu mercredi son geste haineux.

Kevin Goyette, 27 ans, a enregistré en matinée un plaidoyer de culpabilité au palais de justice de Gatineau.

Vêtu en chemise et veston, il a reconnu avec calme avoir sciemment proféré une menace de causer la mort ou des lésions corporelles aux deux premiers ministres ainsi qu’au directeur de santé publique du Québec. 

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio   

Les faits se sont produits le 28 juillet dernier, après l’adoption du décret obligeant au port du couvre-visage dans les lieux publics fermés au Québec afin de lutter contre la COVID-19.

Goyette faisait à l’époque partie d’un groupe privé contre le port du masque sur Facebook. Un utilisateur avait alors demandé aux membres : « Jusqu’où vous seriez prêts à aller pour mettre fin à cette mesure antidémocratique ? »

« Une balle pour Legault, Arruda et Trudeau. Ça servirait de leçon pour les prochains », avait répondu Goyette.

Jusqu’à 5 ans

« Ce qu’on veut envoyer comme message clair, c’est que les propos de cette nature sont considérés comme des menaces et ne doivent pas être tolérés », a lancé la procureure de la Couronne, Justine Denis-Giard, après la comparution.

Elle préfère attendre de lire le rapport présentenciel qui a été demandé au tribunal avant de se positionner sur la sentence.

La juge Rosemarie Millar a quant à elle qualifié les accusations auxquelles Goyette a plaidé coupable de « très sérieuses ».

Le Code criminel prévoit que cette infraction est passible d’une peine allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

Goyette, qui s’était montré réfractaire à coopérer avec les autorités dans une vidéo qu’il a lui-même diffusée sur Facebook, est sans antécédents criminels. 

À VOIR AUSSI