/finance/business
Navigation

Phase 2 de la Cité de la Biotech de Laval: des investissements de 1 milliard $ et 7500 nouveaux emplois

Phase 2 de la Cité de la Biotech de Laval: des investissements de 1 milliard $ et 7500 nouveaux emplois
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le lancement de la phase 2 de la Cité de la Biotech de Laval va générer des investissements de 1 milliard $ sur 10 ans au sein d’entreprises qui développent notamment des vaccins, un mot clé en pleine pandémie. 

Deux décennies après la création de ce parc scientifique s’étendant sur 1,3 million de mètres carrés, dans un rayon de 3 km, le secteur privé y a réalisé des investissements de 4,5 milliards $.

L’ajout de 100 000 mètres carrés de terrains à développer va permettre d’accueillir des entreprises du secteur des sciences de la vie sur le site de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS). On souhaite ainsi créer 7500 nouveaux emplois et accentuer la synergie entre les entreprises, les chercheurs et les employés.

Ces entreprises recherchées, qui pourront profiter de programmes de crédit de taxes, œuvrent principalement dans le secteur des biomédicaments, lequel inclut les vaccins, les anticorps, les protéines et les thérapies cellulaires, a-t-on expliqué mercredi dans un communiqué.

«Ce projet structurant répond sans aucun doute aux objectifs de la Ville en ce qui a trait à la relance économique et à l’accélération de grands projets. Située près d’une station de métro et du centre-ville, la phase II de la Cité de la Biotech est l’endroit tout désigné pour offrir aux entreprises et aux travailleurs un milieu de vie inspirant et innovant, en continuité avec le site actuel», a dit Stéphane Boyer, maire suppléant de Laval et vice-président du comité exécutif.

La Cité de la Biotech regroupe 5500 emplois répartis dans plus de 110 entreprises et institutions. On y retrouve notamment le Centre québécois d’innovation en biotechnologie (CQIB), premier incubateur en biotech au Canada créé il y a un quart de siècle, ainsi que le Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie de l’INRS. Des firmes comme Sanofi, GSK, Bausch Health, Roche, Servier, Charles River, Altasciences et Bio-K+ y sont aussi implantées.

«L’INRS est fier de s’associer à la Ville de Laval pour favoriser le développement d’entreprises de hautes technologies. Cette initiative s’inscrit parfaitement dans notre mission de contribuer au développement de notre société par la recherche. La Phase II de la Cité de la Biotech permettra aux équipes de l’INRS de multiplier les partenariats en recherche dans des secteurs névralgiques à l’heure actuelle», a indiqué pour sa part Luc-Alain Giraldeau, directeur général de l’INRS.