/news/politics
Navigation

Bisbille autour du nouveau quai de Percé

Bisbille autour du nouveau quai de Percé
Photo AGENCE QMI, Nelson Sergerie

Coup d'oeil sur cet article

Une bisbille a éclaté ce printemps entre diverses instances gouvernementales en raison de l’état du quai de Percé qui, même s’il a été remis à neuf l’an dernier, est inutilisable en ce moment parce que rempli de sédiments.

Dernier développement dans cette affaire, la Ville de Percé demande à Pêches et Océans Canada (MPO) de retirer ses propos lui attribuant la responsabilité de la situation qui nécessitera des travaux de dragage huit mois à peine après la reconstruction du quai.

Mardi, le MPO a mis la faute sur Percé en écrivant par courriel «que les travaux sont dû (sic) au fait qu’une accumulation de sédiments s’est créée au fil des années puisque l’excavation réalisée annuellement par la ville de Percé n’a pas été effectuée depuis le début des travaux de reconstruction du quai».

L’ancien quai était une ligne droite vers la mer, alors que le nouveau qui a été livré en septembre dernier est fait en forme de «L» pour répondre, selon le MPO, à la demande des usagers.

La mairesse de Percé, Cathy Poirier, se demande, de son côté, si le ministère a bien fait ses devoirs.

«Il n’y aurait pas d’étude d’impact environnemental qui aurait été réalisée pour une infrastructure en «L». Comment avez-vous déterminé que cette infrastructure est adéquate au lieu où il est situé (sic) et qu’est-ce qui fait en sorte qu’on se retrouve avec une infrastructure neuve mais qui ne peut être utilisé (sic)?» questionne l’élue de la capitale touristique de la Gaspésie.

La Ville rappelle que l’ancienne structure a toujours été utilisable, malgré le poids des années.

Pas de menaces

Questionnée sur la suite des choses, la mairesse a indiqué qu’elle n’est pas prête à lancer des mises en demeure. «On n’en est pas là pour l’instant. Je pense qu’on peut réfléchir communément. Ce problème-là va être récurrent», lance Mme Poirier, qui a parlé aux hauts gestionnaires du MPO avant de faire sa sortie publique jeudi matin.

En réponse à la demande de rétractation de Percé, le MPO dit «étudier la question».

Québec, qui est devenu propriétaire du quai à la fin des travaux par le gouvernement fédéral, il y a quelques mois, travaille avec le MPO afin de trouver une solution.

Des études en granulométrie et caractérisation des sédiments sont en cours et les résultats sont attendus dans les prochaines semaines.

À partir de l’étude, un plan d’entretien à long terme sera réalisé par le ministère des Transports du Québec en collaboration avec Percé afin d’éviter que la situation actuelle ne se reproduise.