/news/green
Navigation

Environnement: l’UQAM crée trois nouvelles chaires de recherche

UQAM
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’Université du Québec à Montréal (UQAM) a annoncé jeudi le lancement de trois chaires de recherche sur l’environnement en partenariat avec la Ville de Montréal et l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

• À lire aussi - Climat: Biden va quasiment doubler l’objectif américain de réduction des émissions

Avec cette initiative, l’UQAM ambitionne d’éclairer les décideurs dans leurs réflexions et actions en matière de politique environnementale.

La première chaire portant sur la transition écologique a pour mission d’accompagner les transformations des villes en mettant l’accent sur l’altération sociale et écologique. Elle est dirigée par René Audet, professeur au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’ESG-UQAM.

Menée par Florence Paulhiac, professeure au département d’études urbaines et touristiques de l’ESG-UQAM, la Chaire internationale sur les usagers et les pratiques de la ville intelligente visera à créer un écosystème innovant pour développer une approche systémique et critique des stratégies et des impacts de la transition numérique des villes.

La troisième chaire, quant à elle, s’intéressera à la forêt urbaine afin de l’adapter aux changements climatiques. Son titulaire est Alain Paquette, professeur au département de sciences biologiques de la faculté des sciences de l’UQAM.

«Grâce à la création de ces nouvelles chaires et à l’expertise reconnue de leur titulaire provenant de l’École des sciences de la gestion et de la Faculté des sciences, notre Université réaffirme sa contribution au développement de solutions innovantes pour appréhender les défis des grandes villes et favoriser ainsi la mise en place de métropoles plus vertes et résilientes», a indiqué par communiqué la rectrice Magda Fusaro.

«Afin de relever les défis de la transition écologique de manière inclusive et efficace, nous devons nous appuyer sur l’intelligence collective des Montréalaises et des Montréalais, ainsi que sur les meilleures pratiques issues de la recherche», a soutenu la mairesse de Montréal Valérie Plante.

À VOIR AUSSI :