/opinion/blogs/columnists
Navigation

Il faut tester chaque classe d’ici la fin de l’année scolaire

Il faut tester chaque classe d’ici la fin de l’année scolaire
Photo Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a présenté son bilan en ce qui a trait à la ventilation des classes. Malgré la remise en question du protocole de test de la part de plusieurs experts indépendants, il a qualifié ce bilan de « sécuritaire et acceptable ».

- En collaboration avec Luc Papineau, enseignant de français au secondaire

Ainsi, 15 000 classes auraient été testées. Dix pour cent d’entre elles présenteraient des taux élevés de CO2 . Le ministre assure que des corrections rapides seront apportées afin d’éviter qu’elles puissent nuire à la santé et des jeunes et du personnel scolaire. 

Ce que M. Roberge n’a pas indiqué cependant, c’est qu’il reste environ 35 000 classes qui n’ont pas encore fait l’objet d’un test. Si on se base sur les chiffres du ministère (10 %), on peut émettre l’hypothèse que ce serait donc 3500 classes qui demanderaient des correctifs immédiats, mais qui n’ont pas encore été identifiées. 

Si l’on compare la situation actuelle à la contamination au plomb des différents points d’eau qu’on a connue dans les écoles du Québec, c’est un peu comme si on se contentait de remédier à la situation concernant une fraction de ceux qui auraient été testés et qu’on laissait boire les enfants à même les autres. Le ministre ne peut se contenter de n’avoir réglé finalement qu’une partie du problème. 

Il ne s’agit pas ici d’apeurer la population, mais de suggérer au gouvernement de poursuivre d’ici juin ses efforts afin d’identifier toutes les classes problématiques afin d’apporter des correctifs le plus rapidement possible. Même si les protocoles entourant ces tests doivent être améliorés, il reste deux mois devant nous pour continuer à assurer un environnement sain et sécuritaire pour les jeunes et le personnel scolaire. 

En conséquence, le ministre de l’Éducation doit donc s’engager clairement en ce qui a trait à tester chaque classe du Québec d’ici juin et fournir un échéancier strict sur la manière dont son gouvernement compte y parvenir. 

  • Écoutez l'entrevue de Luc Papineau avec Richard Martineau à QUB radio :