/sports/hockey/canadien
Navigation

Primeau aura sa chance très bientôt avec le CH

Le gardien âgé de 21 ans connaît une progression phénoménale avec le Rocket de Laval cette saison

Jets vs Canadiens
Photo Martin Chevalier Cayden Primeau pourrait bien voir de l’action ce week-end à Calgary.

Coup d'oeil sur cet article

La patience reste souvent la clé dans le développement d’un joueur. Pour Cayden Primeau, c’est probablement encore plus vrai. Devant lui, il y a deux gardiens de qualité en Carey Price et Jake Allen.

• À lire aussi - Erik Gustafsson: mise en garde sur un talent énigmatique

Price est toujours considéré comme le joueur de franchise de cette organisation avec un salaire de 10,5 millions $ sur le plafond salarial jusqu’à la fin de la saison 2025-2026. 

Acquis des Blues de St. Louis le 2 septembre, Allen a paraphé une prolongation de contrat de deux ans et 5,75 millions $ (2,875 millions $ en moyenne) avant même de bloquer une première rondelle avec sa nouvelle équipe. En théorie, Allen restera donc à Montréal jusqu’à la fin de l’année 2022-2023. 

Mais on écrit d’une façon théorique puisqu’Allen pourrait bien être réclamé par le Kraken de Seattle lors du prochain repêchage d’expansion, le 21 juillet.  

Si on maintient un statu quo et que le Kraken regarde dans une autre direction qu’Allen chez le CH, Primeau pourrait poursuivre son développement avec le Rocket de Laval pour deux autres saisons.

Jets vs Canadiens
Photo Martin Chevalier

Un jeune homme de qualité

Depuis le début de la saison, Primeau n’a jamais montré l’attitude d’un jeune gardien mécontent. Le fils de Keith a joué du hockey inspiré avec le Rocket, comme en témoigne son dossier de 11-3-0 avec une moyenne de 2,07 et un taux d’efficacité de ,911. Il a aussi signé deux blanchissages. 

« Il a une attitude de pro, a dit Ducharme. Cayden est un gardien de qualité et une personne de qualité. Il se présente à l’aréna tous les jours, il se concentre sur sa progression. Comme jeune joueur, ça ne sert à rien de faire trop de projections. Tu ne peux pas commencer à te demander quand tu auras la chance de t’établir. Tu ne dois pas déroger de ton plan. Il a son plan, il veut progresser, il connaît ses forces et ses faiblesses. Il se concentre simplement sur les choses qu’il peut contrôler. »

À court terme, Primeau aura sa chance très bientôt. Avec la commotion cérébrale à Price et une série de deux matchs en deux soirs contre les Flames à Calgary, Primeau obtiendra visiblement un des deux départs. 

Quand il sautera sur la glace à Calgary, Primeau en sera à un premier départ dans la LNH depuis le 11 décembre 2019. Ce soir-là, il avait bloqué 35 tirs dans un gain de 3 à 2 en prolongation contre les Sénateurs. Il en était à son deuxième départ avec le CH. 

« Le rythme du jeu est la plus grande différence, a dit Primeau. Je m’en souviens de ça de l’an dernier. C’était plus élevé comme cadence. Quand tu montes d’un niveau, c’est toujours plus rapide. Mais je me sens bien dans les entraînements. Je serai prêt. 

« Je crois que mes deux matchs de l’an dernier m’aideront, a-t-il poursuivi. J’ai des familiarités et je serai probablement moins nerveux. Je suis heureux d’être ici. Quand on me dira que c’est mon tour, je sauterai dans l’action. »

Jets vs Canadiens
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Un coéquipier de Keith

À Laval, l’an dernier, Primeau avait travaillé à quelques reprises avec Sean Burke, qui occupait un rôle de recruteur professionnel et de consultant à cette époque. Depuis le congédiement de Stéphane Waite, Burke a hérité du titre de directeur des gardiens. 

Avec Primeau, Burke a maintenant l’occasion de peaufiner le jeu du fils de l’un de ses anciens coéquipiers avec les Whalers de Hartford et les Flyers de Phialdelphie. 

« Je suis chanceux de me retrouver dans cet environnement, a dit le gardien de 21 ans. Il y a peu de personnes qui ont cette chance. Burkie m’a dit qu’il volait souvent mon père dans les entraînements. J’en ai parlé à mon père [Keith]. Nous avons ri de ça. C’est une expérience unique. »

Crise d’identité

Au lendemain de cette victoire de 4 à 3 contre les Oilers à Edmonton, le CH devait profiter d’une journée de congé à Calgary. Mais à la demande des vétérans, dont le capitaine Shea Weber, Ducharme a tenu un entraînement. « Shea est venu me voir, il est le capitaine, a rappelé Ducharme. On sentait qu’on devrait sauter sur la glace à la place de rester à l’hôtel. J’étais heureux de sa réaction. C’est positif. C’est un partenariat, nous travaillons ensemble. Nous voulons atteindre les mêmes objectifs. »

Ducharme a maintenant espoir qu’il a trouvé, en Josh Anderson, le bon ailier droit pour jouer à la droite de Phillip Danault et de Tomas Tatar. L’entraîneur en chef par intérim a d’ailleurs reconnu que son équipe est passée par une période trouble depuis l’absence de Brendan Gallagher.

« On dirait que depuis la perte de Gallagher, il y a eu une sorte de crise d’identité, a-t-il admis. Gally est un meneur pour nous, il apporte toujours une grande énergie. On travaille à changer des habitudes, des façons de penser. Ça prend du temps à changer des habitudes. Tu passes à travers des moments difficiles, on se connaît mieux comme équipe. »

C’était un pas dans la bonne direction lors du dernier match, mais le CH aura besoin de jouer avec beaucoup plus de constance. 

À VOIR...