/world/europe
Navigation

La Russie annonce le début du retrait de ses troupes près de l'Ukraine

Sur la photo, un membre de l'armée ukrainienne
AFP Sur la photo, un membre de l'armée ukrainienne

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU | La Russie a annoncé, jeudi, qu’elle lancerait dès le lendemain le retrait de ses troupes massées près de l’Ukraine et en Crimée annexée, mais Washington et l’OTAN sont restés prudents sur la fin de cette menace militaire qui inquiétait Kiev et l’Occident.

• À lire aussi: Le Kremlin minimise les manifestations «illégales» pour Navalny

• À lire aussi: Sur le front, les soldats ukrainiens prêts à faire face à la Russie

Les États-Unis, qui soutiennent l’Ukraine dans sa crise avec la Russie, ont dit attendre «des actes» et pas seulement des «paroles» de la part de Moscou et promis de «continuer à surveiller la situation de près».

L’OTAN a également indiqué avoir pris note de l’annonce du retrait, mais «rester vigilante». «Toute mesure de désescalade de la part de la Russie serait importante et aurait dû être prise depuis longtemps. Nous continuons d’appeler la Russie à retirer toutes ses forces du territoire ukrainien», a affirmé un responsable de l’Alliance.

Sur la photo, un membre de l'armée ukrainienne
AFP

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s’est lui aussi réjoui de cette annonce, estimant qu’un retrait des troupes conduirait à «une réduction proportionnelle de la tension». Il a toutefois souligné que son pays, lui aussi, «restait vigilant».

La présence de ces dizaines de milliers de soldats près de l’Ukraine, qui combat depuis 2014 des séparatistes prorusses dans l’est du pays, a alimenté les tensions entre Moscou, Kiev et les Occidentaux ces dernières semaines.

Sur la photo, un membre de l'armée ukrainienne
AFP

Dans un message vidéo prononcé en russe, le président ukrainien avait invité, mardi, Vladimir Poutine à le rencontrer «dans n’importe quel endroit du Donbass ukrainien où la guerre se poursuit».

En guise de réponse, le président russe a dit, jeudi, être prêt à le recevoir «à n’importe quel moment» à Moscou.

Il l’a renvoyé vers les séparatistes pour parler du règlement du conflit dans l’Est, qui connaît une flambée de violences depuis le début de l’année.

«Dans l’impasse»

Les autorités ukrainiennes avaient jusque-là accusé la Russie de chercher à «détruire» leur pays et de préparer une invasion.

Moscou a rétorqué que ses soldats menaient des «exercices» destinés à faire face aux «actes menaçants» de l’OTAN à ses frontières orientales et aux «provocations» de Kiev. Et le Kremlin a affirmé, à plusieurs reprises, «ne menacer personne».

«Les troupes ont démontré leur capacité à assurer une défense fiable du pays. J’ai donc décidé d’achever les activités d’inspection dans les districts militaires du Sud et de l’Ouest», frontaliers de l’Ukraine, a déclaré jeudi le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

Les soldats déployés rentreront avant le 1er mai, a-t-il ajouté.

M. Choïgou était arrivé quelques heures plus tôt dans la péninsule de Crimée annexée par la Russie en 2014 pour assister à des exercices militaires impliquant 10 000 militaires, l’aviation, une quarantaine de navires de guerre, la défense antiaérienne et des troupes aéroportées.

Sur la photo, un membre de l'armée ukrainienne
AFP

Avant les manœuvres de vendredi en Crimée, plusieurs autres exercices avaient eu lieu les jours précédents en mer Noire, tandis que des dizaines de milliers de soldats – jusqu’à 100 000 selon l’Union européenne – étaient massés aux frontières ukrainiennes et dans la péninsule annexée.

Moscou a aussi limité pour six mois la navigation de navires militaires et officiels étrangers dans trois zones au large de la péninsule annexée, notamment autour de la presqu’île de Kertch.

Sur la photo, un membre de l'armée ukrainienne
AFP

Ces restrictions avaient été dénoncées comme une «escalade» par Washington.

Le conflit entre Kiev et les séparatistes prorusses a fait des dizaines de morts depuis janvier.

Un soldat ukrainien a été tué, jeudi, dans un bombardement sur la ligne de front, selon l’armée ukrainienne.

Peu avant l’annonce de Moscou, des militaires ukrainiens postés en périphérie de Donetsk, l’un des bastions des séparatistes, doutaient encore de la possibilité de résoudre la crise par le dialogue.

«Tout est dans l’impasse, personne ne veut régler le conflit par les moyens diplomatiques, mais personne ne veut la guerre non plus», a dit Kyrylo, un militaire de 35 ans.