/world/america
Navigation

Le Brésil sur un plateau à 2500 morts par jour

Le Brésil sur un plateau à 2500 morts par jour
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Brésil est entré, depuis une semaine, sur un plateau très élevé avec environ 2500 décès quotidiens liés à la COVID-19, après plusieurs mois de hausse vertigineuse des courbes de décès et de contaminations. 

• À lire aussi: Variants brésilien et indien: l’opposition demande la suspension des vols

• À lire aussi: Passagers en provenance de l’Inde ou du Brésil: Legault demande à Trudeau d’imposer des mesures plus sévères

• À lire aussi: Le variant brésilien devient majoritaire à Vancouver, le variant indien inquiète

«Les courbes se sont apparemment stabilisées, mais à un niveau très préoccupant, avec un nombre de décès encore extrêmement élevé», a expliqué à l’AFP Mauro Sanchez, épidémiologiste de l’Université de Brasilia.

Le Brésil, deuxième pays le plus endeuillé au monde en chiffres absolus par le coronavirus, avec un peu plus de 383 500 morts, avait enregistré en moyenne 2580 décès quotidiens jeudi soir sur les sept derniers jours, et ce chiffre est resté sous les 3000 depuis le 15 avril.

Le ministère de la Santé a annoncé, jeudi, un bilan de 2 027 morts au cours des dernières 24 heures, un chiffre relativement peu élevé, car publié au lendemain d’un jour férié, qui entraîne traditionnellement une sous-notification des décès.

La moyenne de contaminations journalières, qui avait dépassé les 75 000 nouveaux cas fin mars, est à présent passée sous les 65 000.

Le nombre de morts et de contaminations a commencé à augmenter de façon exponentielle à partir de janvier, notamment en raison de la circulation du variant amazonien, le P1, plus contagieux.

Malgré cette «apparente stabilisation» depuis une semaine, Mauro Sanchez avertit tout de même du risque de voir les courbes repartir à la hausse, en raison des fêtes de Pâques, les effets n’étant ressentis que quelques semaines plus tard.

«S’il y a eu beaucoup de rassemblements lors de ces fêtes, cette stabilité pourrait n’être que temporaire», prévient-il.

Mais ce spécialiste craint surtout que le Brésil soit à nouveau entré sur un plateau élevé interminable, comme l’an dernier, quand le pays a compté plus de 1000 décès en moyenne par jour de juin à août.

«Avec la deuxième vague, les courbes ont commencé à remonter en novembre et cette hausse est devenue très brusque à partir de janvier, et nous avons atteint ce niveau très élevé. On ne peut pas banaliser ces chiffres et dire qu’une journée à 2500 morts est une bonne chose», estime-t-il.

Depuis plusieurs semaines, les mesures de restriction ont commencé à être levées dans de nombreux États, notamment ceux de Sao Paulo et de Rio de Janeiro.

«Parfois, cette levée des restrictions est peu significative, par exemple l’autorisation d’ouverture des bars deux heures plus tard. Mais ce qui est inquiétant, c’est le message que cela envoie à la population, qui finit par se relâcher et s’exposer davantage au virus», conclut M. Sanchez.

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui n’a cessé de minimiser la pandémie, est critiqué de toutes parts pour sa gestion de la crise sanitaire et une Commission d’enquête parlementaire (CPI) doit commencer à se pencher, la semaine prochaine, sur des «omissions» du gouvernement.

Le Brésil compte déjà le pire taux de mortalité des Amériques et de l’hémisphère Sud, avec 182 morts de la COVID-19 pour 100 000 habitants, devant les États-Unis (172).

À VOIR AUSSI