/opinion/columnists
Navigation

PSPP commence à se faire un nom

Coup d'oeil sur cet article

Dans la file pour mon café du matin, j’aime écouter les conversations autour de moi. Parfois, cela me fait remarquer des mouvements d’opinion avant les sondages, par exemple le fait que Paul St-Pierre Plamondon s’est taillé une place dans l’estime populaire.

Il y a quelques années, lorsque M. François Legault était dans l’opposition, je lui prédisais une victoire et je me faisais souvent taquiner à ce sujet (puisque tout le monde le proclamait « fini »). À la manière dont on parlait de Legault dans les commerces que je fréquentais, je pouvais entendre son futur succès.

Quelque chose de similaire se produit avec Paul St-Pierre Plamondon, le chef du Parti québécois. Son nom résonne désormais dans les jasettes politiques. Pourtant, il n’était pas une grande vedette avant de prendre le gouvernail de cette formation si difficile à diriger. Maintenant qu’il a brisé la glace, regardez-le bien aller !

Détermination

Il ne se passe pas une semaine sans que le jeune chef du PQ intervienne sur la place publique de manière convaincante et avec rigueur. Le gars est cultivé et déterminé. Il a un gabarit intellectuel élevé. J’ose espérer qu’avec l’expérience et la maturité, il décontractera un peu sa tenue « premier-de-classe-du-Collège-Sainte-Marie » !

Ce parti boudé par la jeunesse a donc à sa tête un homme encore jeune qui a déjà su faire voter à son « establishment » une nouvelle politique de francisation pour les cégeps. Oh, je sais qu’il aura des obstacles dans les jambes ! Qui n’en a pas ?

Mission

Porteuse d’un nationalisme superficiel, la CAQ au pouvoir sera toujours embêtée lorsque le régime fédéral viendra saper la volonté démocratique du Québec.

Et si c’était la mission de St-Pierre Plamondon de réincarner un nationalisme intelligent à la René Lévesque ou Jacques Parizeau ? Et si, au lendemain de l’« Affaire Blanchard » (du nom du militant juge de la Cour supérieure), c’était aussi son rôle d’inciter la CAQ à des « référendums sectoriels » afin de légitimer les aspirations élémentaires du Québec ?