/qubradio
Navigation

Record mondial de cas en Inde: «Dans la rue, c’est vraiment le jour et la nuit»

Coup d'oeil sur cet article

L’Inde a recensé près de 315 000 nouveaux cas de COVID-19 et 2074 décès en 24 heures, jeudi, battant un record mondial.

• À lire aussi: COVID-19: l’Inde recense près de 315 000 nouveaux cas en 24 heures, un record mondial

«Dans la rue, c’est vraiment le jour et la nuit. Il y a un mois, tout était rouvert. Les gens avaient recommencé à boire des bières dans les pubs et on n’avait pas beaucoup de cas», a raconté Côme Bastin, correspondant pour Radio France Internationale (RFI) à Bangalore en entrevue à QUB radio.

Selon lui, la montée phénoménale des contaminations s’explique par de grands rassemblements en raison de pèlerinages religieux combinés à l’arrivée du nouveau variant indien.  

  • ÉCOUTEZ l'intervention de Côme Bastin à QUB radio:   
ET

«Aujourd’hui à Bombay, plus de 70% des cas proviennent de ce variant», a ajouté M. Bastin.

«La première vague, ce n’était pas très important. Dans la première vague, les gens ont mieux respecté les consignes, a expliqué pour sa part Mathew Thambi, résident de la ville côtière de Cochin. Après un an, les cas ont diminué et les gens ont commencé à relâcher et ont eu moins peur.»

La situation dans les hôpitaux est également extrêmement difficile alors qu’il manque de personnel, de lits, de médicaments et même d’oxygène pour intuber les patients. Côme Bastin indique que des citoyens se démènent pour trouver des bonbonnes d’oxygène pour leurs proches et utilisent les réseaux sociaux, comme Twitter, pour trouver des médicaments. La situation pourrait cependant être encore pire que ce que laissent présager les données officielles, selon lui.

«Les personnes les plus pauvres ont des salaires journaliers et ils ont très peur de se faire tester», a-t-il conclu.

Et les conséquences de la pandémie se feront sentir pendant longtemps, prévient Mathew Thambi, guide touristique depuis 25 ans.

«Malheureusement, en Inde, le tourisme n’a pas une grande importance encore. Les gens qui travaillent dans le domaine, on ne projette pas un bon avenir devant nous», a indiqué Mathew Thambi, qui n’entrevoit pas de reprise avant octobre 2022.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions