/opinion/blogs/columnists
Navigation

Variant indien : protégeons davantage nos frontières

FILES-US-HEALTH-VIRUS-ANTIBODIES-REGENERON
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Trudeau a beau dire que les frontières canadiennes ont les mesures parmi les plus sévères au monde pour nous protéger de la pandémie, ce qui est vrai, il faut quand même en faire plus et vite.  

La détection des premiers cas de variant indien au pays, dont un au Québec, vient de sonner l’alarme. Il n’est certainement pas arrivé ici par magie, comme tous les autres variants d’ailleurs. On a l’impression que le test de détection et la quarantaine obligatoire à l’hôtel après l’atterrissage ne suffisent plus. 

Depuis des mois, on demande des efforts énormes aux québécois qui doivent s’isoler, se confiner et respecter un couvre-feu sévère sous peine d’amendes très salées. 

Avec le retour du beau temps et les jours qui s’allongent, on s’ennuie de plus en plus de nos familles, de nos amis et de notre vie sociale d’avant. Les mesures affectent davantage notre moral. 

On a vraiment hâte de s’en sortir et lorsqu’on voit l’arrivée de nouveaux variants et l’augmentation fulgurante de cas de Covid-19 chez nos voisins ontariens, ça nous décourage. Il faut sentir que nos dirigeants font tout pour nous protéger. 

Quand on regarde la dégradation rapide de la situation sanitaire en Inde et les cas positifs détectés chaque jour depuis deux semaines aux aéroports de Toronto et Vancouver dans des vols en provenance de Delhi, on ne comprend pas pourquoi ces vols n’ont pas encore été suspendus. 300 mille nouveaux cas en Inde et 2000 décès supplémentaires dans la seule journée de mercredi. 

On en sait encore peu sur le double mutant indien, mais on laisse entendre que les vaccins seraient moins efficaces contre lui et que les risques de le transmettre pourraient être plus élevés, rien pour nous rassurer. 

Les déplacements à l’intérieur du pays devraient également être mieux surveillés, notamment pour nous protéger des variants brésiliens qui sont en grand nombre en Colombie-Britannique. Nous en avons déjà plein les bras avec les le variant britannique. 

La ministre caquiste Geneviève Guilbeault a beau avoir mentionné hier que la quarantaine et les tests de dépistage étaient obligatoires pour les voyages à l’extérieur de la province, c’est une demie vérité. Seuls les voyages en dehors du pays sont couverts par ces mesures. Les tests de dépistage obligatoire devraient aussi s’appliquer à tous les passagers aériens qui voyagent d’une province à l’autre. 

Évidemment, ce n’est jamais de gaieté de cœur qu’on ferme les frontières entre deux pays, des routes entre deux provinces ou deux régions, mais si on veut s’en sortir une fois pour toutes et que les gens continuent de respecter les mesures, on ne peut pas demander des efforts surhumains tout en permettant de voyager partout au pays sans contrainte.