/news/politics
Navigation

Variants: une motion adoptée à l’unanimité pour suspendre les vols

Coup d'oeil sur cet article

Une motion du Bloc québécois réclamant la suspension de certains vols internationaux en provenance de pays aux prises avec de fortes éclosions liées à des variants préoccupants de la COVID-19 a été adoptée à l’unanimité, jeudi, à la Chambre des Communes.

• À lire aussi: Il est trop tôt pour s’inquiéter du variant indien

• À lire aussi: Passagers en provenance de l’Inde ou du Brésil: Legault demande à Trudeau d’imposer des mesures plus sévères

Les libéraux et les néodémocrates ne se sont pas opposés à la motion, qui spécifiait que la suspension «immédiate» viserait le Brésil et l’Inde, à l’image de ce qu’il a fait lors de la suspension des vols en provenance du Royaume-Uni, le 20 décembre 2020.

Selon nos informations, le gouvernement libéral s’apprêterait à livrer une déclaration en ce sens. 

Plus tôt jeudi, le Parti conservateur, le Bloc québécois et plusieurs premiers ministres provinciaux ont demandé conjointement à Ottawa de restreindre les vols en provenance de pays ravagés par les variants de la COVID-19, notamment le Brésil et l’Inde. 

«Le gouvernement fédéral doit suspendre immédiatement et temporairement tous les vols des pays les plus touchés par la COVID-19. Nous devons agir pour empêcher les nouveaux variants d’entrer au Canada et de se propager. Nous devons agir pour nos frontières», a déclaré le leader conservateur Erin O’Toole en point de presse jeudi. 

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

Même son de cloche du côté du Bloc québécois, qui demande depuis mercredi la suspension des vols en provenance de l’Inde. 

«L’intention n’est pas de faire un énoncé à caractère idéologique ou politique. C’est de prendre des mesures qui vont protéger la santé et la sécurité, et dans de nombreux cas la vie de citoyens au Canada et au Québec», a déclaré le chef Yves-François Blanchet. 

Jusqu’ici, le premier ministre Justin Trudeau a maintes fois défendu les mesures actuellement en place, dont les tests avant et après l’arrivée au pays, ainsi que la quarantaine obligatoire à l'hôtel. Cependant, le Dr Howard Njoo, sous-administrateur en chef de l’Agence de santé publique, a laissé entendre en point de presse jeudi que des discussions étaient en cours au gouvernement, et que des «déclarations» en lien avec les frontières devraient être annoncées bientôt. 

Un «double mutant» qui inquiète

Chaque jour depuis au moins deux semaines, Santé Canada détecte des cas positifs à la COVID-19 dans des vols en provenance de Delhi, en Inde, à destination de Toronto et de Vancouver. 

Mercredi, un premier cas lié au variant «double mutant» indien a été détecté au pays, en Haute-Mauricie. 

«La situation en Inde et au Brésil est très grave. Leurs hôpitaux manquent de respirateurs artificiels», a souligné M. O’Toole. «Évidemment, il faut considérer des mesures de restrictions venant d’endroits où il y a une forte prévalence du virus. Ça n’a rien d’idéologique, ça n’a rien d’ethnoculturel, c’est vraiment un enjeu sanitaire quoi doit être rapidement considéré», a ajouté M. Blanchet. 

  • Écoutez les précisions du virologue Benoit Barbeau sur les risques liés au variant indien:   

Au tour des provinces

François Legault et ses homologues de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et de l’Alberta ont fait front commun pour réclamer à Ottawa des mesures plus sévères pour les vols internationaux.

«On est en train de préparer une lettre, peut-être qu’elle est même déjà envoyée, avec quelques premiers ministres, entre autres de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, de l’Ontario, une lettre à M. Trudeau pour dire il faut en faire plus sur les vols internationaux, sur les entrées terrestres», a insisté François Legault, en mêlée de presse à l’Assemblée nationale.

-Avec Geneviève Lajoie, Bureau parlementaire