/news/coronavirus
Navigation

Plus de 60 000 doses déjà données aux autochtones

Le ministre Lafrenière s’est aussi fait vacciner vendredi

Coup d'oeil sur cet article

Dans son comté pour recevoir sa première dose d’AstraZeneca vendredi, le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a dit se réjouir de la progression de la campagne de vaccination auprès des gens des Premières Nations.

« Ça se passe bien. Il y a déjà plus de 60 000 doses qui ont été données aux gens des Premières Nations au Québec. C’est vraiment une grande majorité. Je suis très heureux », a fait valoir vendredi le député de la circonscription de Vachon.

Vers 10 h 30, Ian Lafrenière, 49 ans, a reçu le vaccin AstraZeneca, réservé aux 45 ans et plus, à la clinique de vaccination COVID-19 du quartier DIX30, à Brossard.

« Mes filles étaient contentes ce matin que j’y aie accès. C’est le soleil à l’horizon. On est sur la bonne voie », a-t-il lancé.

Jovial, l’homme politique a pris soin de saluer tous les employés qui l’ont servi en plus de s’adonner à la rigolade.

« Un vaccin, c’est quand même énervant. Blaguer, ça aide, ça détend l’atmosphère. Tout ce que je veux, c’est de ne pas m’évanouir », a poursuivi le député, en soulignant le travail « incroyable » des employés.

Celui-ci s’était d’ailleurs fait confectionner une chemise à velcro facile à ouvrir au niveau de l’épaule, exprès pour l’occasion.

Le député de Vachon Ian Lafrenière dans la zone de 15 minutes d’attente, quelques instants après avoir reçu son vaccin, à la clinique du quartier DIX30, à Brossard.
Photo Jonathan Tremblay
Le député de Vachon Ian Lafrenière dans la zone de 15 minutes d’attente, quelques instants après avoir reçu son vaccin, à la clinique du quartier DIX30, à Brossard.

Selfie pour la cause

Comme plusieurs personnalités publiques et politiciens, l’ancien policier n’a pas non plus manqué d’immortaliser le moment où l’ergothérapeute prénommée Marie-Hélène l’a piqué dans le bras avec la seringue. Cela fait partie de la stratégie afin de promouvoir le vaccin et peut-être de convaincre les plus réfractaires.

« Plusieurs personnes m’ont challengé à savoir si j’allais recevoir le vaccin. C’est bien beau dire à tout le monde d’y aller, mais il faut démontrer qu’on est capable de le faire nous aussi, a indiqué M. Lafrenière. C’est un engouement qui va se créer de cette façon. »

Même s’il se dit satisfait de la vaccination auprès des autochtones, le politicien est conscient que le processus reste à peaufiner pour les trois nouveaux centres destinés à cette clientèle à Montréal.

Clientèle vulnérable

« On aura des ajustements à faire. Pour la prise de rendez-vous, on voit que ça peut être fastidieux auprès de cette clientèle vulnérable », a-t-il dit, en rappelant qu’il y avait environ 800 autochtones en situation d’itinérance sur l’île.

Cela explique selon lui pourquoi ces centres accueillent tous les gens des Premières Nations qui ont 18 ans ou plus.

« J’ai toujours des voisins qui me demandent : pourquoi pas nous ? Bien, il y a des facteurs qui les mettent à risque [les autochtones], a mentionné M. Lafrenière. Dans les communautés éloignées, il n’y a pas de CHSLD. Et les personnes âgées vivent dans les maisons familiales, créant un problème de promiscuité. On peut avoir 12-13 ou 14 personnes dans une même maison. Si une de ces personnes devait être infectée, on se retrouve avec un feu de foin. Alors, il fallait vacciner ces gens-là rapidement. »

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres