/news/politics
Navigation

Près de 200 nouveaux logements sociaux dans Saint-Léonard

GEN-LOGEMENTS-INSALUBRES
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Près de 200 nouveaux logements sociaux s’ajoutent sur le site de l’ancien Domaine Renaissance, qui a fait les manchettes ces dernières années pour ses problèmes d’insalubrité, dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. 

Porté par la Coopérative d’habitation les Voisins de Viau-Robert (Coop VVR), créée il y a six ans, le projet a été réalisé au coût de 44,6 millions $.

La Ville de Montréal a soutenu la construction via le programme AccèsLogis Montréal en accordant une subvention de plus de 26 millions $, dont 6 millions $ sont assumés par le Fonds du logement social de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). La Ville a également garanti un prêt hypothécaire de plus de 17 millions $ contracté par la Coop VVR.

Une centaine de famille pourra vivre dans les 197 logements sociaux répartis dans les trois nouveaux bâtiments comptant trois à sept étages. La moitié de toutes les unités comprend trois chambres de plus, selon ce qui a été détaillé vendredi, par communiqué. L'emménagement des locataires s’est amorcé à la mi-mars.

«L'avènement de la Coop de solidarité les Voisins de Viau-Robert, en 2015, a été possible grâce à une formidable mobilisation de locataires, à l'accompagnement et au soutien de tous nos partenaires communautaires et financiers à divers niveaux. Grâce à sa riche caractéristique multiculturelle, à son modèle de mixité sociale et économique et surtout grâce à des valeurs de solidarité, d'entraide, de respect mutuel, de vivre ensemble et de démocratie inclusive et participative, la Coop VVR espère servir de référence pour les futurs projets à Saint-Léonard et au-delà», a dit Ginette Goabin, présidente du CA Coop VVR.

On prévoit à terme un nouveau milieu de vie qui comprendra 900 portes dans ce secteur situé au carrefour des boulevards Robert et Viau. Pour ce faire, six nouveaux lots privés ont été créés et on aura procédé, à terme, à la démolition de 21 immeubles en piteux état, comptant au total près de 340 logements, a-t-on indiqué.