/news/education
Navigation

Réseau scolaire: menace de grève du personnel de soutien scolaire pour le 4 mai

Coup d'oeil sur cet article

Une autre grève plane sur les écoles du Québec avec l’annonce d’un possible débrayage du personnel de soutien scolaire le 4 mai prochain.

La Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) croit qu’il est encore possible d’éviter la grève, pour peu que le blitz de négociations auxquelles elle a convié le gouvernement parvienne à une entente.

Ce blitz qui est traditionnellement à l’initiative de la partie patronale se veut un gage de bonne volonté de la part du syndicat.

La Fédération, qui a pris acte de l'ouverture montrée par les négociateurs de la partie patronale responsable de la convention collective francophone, maintient la pression avec la menace de grève du 4 mai.

Le syndicat se dit échaudé par les négociations antérieures qui, malgré les 48 rencontres en une année et demie, n’ont pas débouché à des résultats concrets.

En cas d’absence d’entente d’ici le 4 mai, les membres du syndicat engageront une grève «novatrice» sans ligne de piquetage devant les établissements scolaires.

«Nous ne ferons [...] pas de piquetage pour ne pas empêcher les personnels enseignant et professionnel d'offrir les services. Cependant, nous voulons que le gouvernement réalise l'importance du personnel de soutien scolaire», a indiqué par communiqué, vendredi, Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ.

«Les problèmes de rétention, la précarité et le manque de valorisation sont des enjeux quotidiens vécus par le personnel de soutien scolaire qui attend et mérite des solutions», a souligné Sonia Ethier, présidente de la CSQ.

À VOIR AUSSI | Pandémie : pas facile pour le moral des jeunes