/news/coronavirus
Navigation

L’Inde croule sous un record de morts liés à la COVID

Le pays a aussi battu pour une troisième journée consécutive le bilan du plus grand nombre d’infections

Coup d'oeil sur cet article

L’Inde a battu samedi un sombre record du plus grand nombre de décès quotidiens liés à la COVID-19, pendant que ses hôpitaux débordés refusent des patients et que des gens meurent étouffés à cause d’une pénurie d’oxygène.

• À lire aussi: L’Allemagne durcit ses restrictions anti-COVID-19 sous les critiques

La situation est critique en Inde au point où des malades poussent leur dernier souffle à l’entrée des établissements de santé, faute de lits et d’oxygène.

Un patient atteint de la COVID-19 est allongé sur une civière à l’extérieur alors qu’il attend d’être admis à l’hôpital, à Delhi.
Photo AFP
Un patient atteint de la COVID-19 est allongé sur une civière à l’extérieur alors qu’il attend d’être admis à l’hôpital, à Delhi.

Une association de bienfaisance a même installé un crématorium directement dans un stationnement avec des bûchers funéraires de fortune pour faire face aux trop nombreux décès.

On rapportait samedi 346 786 nouvelles infections de COVID-19, le bilan le plus élevé jamais enregistré par une nation depuis le début de la pandémie.

C’est la troisième fois en autant de jours que le pays d’Asie bat ce record.

Cela représente plus du tiers de tous les nouveaux cas recensés dans le monde, au moment où un nouveau sommet quotidien de 897 919 cas a été atteint samedi.

Généralement animée, la ville d’Allahabad était déserte samedi en raison d’un confinement.
Photo AFP
Généralement animée, la ville d’Allahabad était déserte samedi en raison d’un confinement.

Record de décès

Dans ce pays frappé par « un tsunami » de coronavirus, 2624 personnes ont perdu la vie dans les 24 dernières heures, un funeste pic du plus grand nombre de décès en une journée.

Cela porte le total officiel des morts à près de 190 000 dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants, le deuxième plus peuplé de la planète.

Chiffres sous-estimés

Mais des experts estiment que ces chiffres pourraient en réalité être plus élevés. Ils attribuent cette nouvelle vague à une « double mutation » du virus ainsi qu’à des événements de masse, comme la fête religieuse hindoue Khumb Mela.

Souvent qualifié comme le plus grand pèlerinage au monde, l’événement a déjà rassemblé des millions de personnes au nord de l’Inde et se poursuit jusqu’à la fin du mois.

Des policiers indiens préparent des flacons de désinfectant pour les mains à l’intention de leurs collègues.
Photo AFP
Des policiers indiens préparent des flacons de désinfectant pour les mains à l’intention de leurs collègues.

Selon DK Baluja, le directeur médical de l’hôpital Jaipur Golden, à Delhi, 20 patients sont décédés vendredi après que l’approvisionnement en oxygène eut été retardé de sept heures.

« Tout ce que nous avions était épuisé. L’oxygène n’a pas été fourni à temps. Il était censé arriver à 17 h, mais il est arrivé vers minuit. Les personnes gravement malades avaient besoin d’oxygène », a-t-il déclaré à CNN.

S.O.S. oxygène

Samedi matin, l’hôpital Moolchand, également situé dans la capitale, a lancé sur Twitter un S.O.S. au gouvernement de Delhi afin de demander à son tour de l’oxygène. « Aide urgent S.O.S. Nous avons moins de 2 heures d’oxygène. Nous sommes désespérés. [...] Nous avons plus de 135 patients COVID dont beaucoup sont sous assistance respiratoire », peut-on lire dans le gazouillis rédigé en anglais.

Sous le feu des critiques pour son manque de préparation avant cette vague de contaminations, le gouvernement a mis en place des trains spéciaux afin d’acheminer des réserves d’oxygène vers les villes les plus touchées.

Des trains express

Un train « oxygène express », transportant 30 000 litres, est arrivé samedi à Lucknow, dans l’État de l’Uttar Pradesh, au nord du pays.

Des gardes armés ont escorté les camions alors qu’ils livraient la précieuse cargaison aux hôpitaux de la région.

Un crématorium de fortune réservé aux victimes de la COVID-19.
Photo AFP
Un crématorium de fortune réservé aux victimes de la COVID-19.

Lucknow est l’une des villes les plus touchées, où tant les hôpitaux que les crématoriums sont submergés.

L’armée indienne a également été mise à contribution pour acheminer de l’oxygène et d’autres produits à travers le pays.

Peine de mort

Et quiconque tente de retarder l’approvisionnement pourrait être menacé de la peine de mort, rapporte le journal britannique Daily Mail.

Dans un « geste de solidarité », le Pakistan a proposé une aide d’urgence à l’Inde en fournissant notamment des ventilateurs et des équipements de protection individuelle, selon le média Hindustan Times.

– Avec l’AFP

  • Afin de prévenir une invasion du variant indien, le Canada a fermé jeudi sa frontière avec l’Inde et le Pakistan pour un mois. 

Un milliard de vaccins administrés 

Plus d’un milliard de doses de vaccins contre la COVID-19 avaient été administrées en date de samedi dans le monde, moins de cinq mois après le début des premières campagnes de vaccination, selon un décompte de l’AFP.

Les doses ont été injectées dans 207 pays ou territoires, mais au regard de sa population, c’est Israël qui mène la danse. Près de six Israéliens sur dix sont déjà complètement vaccinés.

À VOIR AUSSI...     

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres