/sports/hockey/canadien
Navigation

Le CH au naturel face au Flames

Coup d'oeil sur cet article

L’urgence de la situation semblait pourtant avoir été comprise.

• À lire aussi: «Ça se joue dans la tête» -Danault

• À lire aussi: L’impossible constance

Mercredi matin, Josh Anderson avait sommé ses coéquipiers d’amener le niveau de leur jeu à celui des matchs de séries éliminatoires. Le soir même, la jasette avec Alex Chiasson, pendant la période d’échauffement, le combat engagé par Corey Perry, l’intensité déployée tout au long du match et la résistance en fin de rencontre étaient de bon augure.

Le lendemain, les vétérans de l’équipe ont demandé à Dominique Ducharme d’annuler la journée de congé. Les entraînements complets sont déjà rares, au diable le congé syndical.

Pendant 48 heures, les leaders du Canadien ont fait ce que Marc Bergevin souhaitait lorsqu’il a fait leurs acquisitions: montrer l’exemple et mener l’équipe.

Tout est cependant revenu au naturel, vendredi soir, à Calgary. Avec en jeu, la possibilité de donner un dur coup aux Flames dans la course pour la dernière place dans le tournoi printanier, le Canadien a été incapable d’égaler le niveau d’intensité de ses rivaux.

En fait, c’est quand ça a commencé à sentir le brûlé, dans la deuxième portion de la troisième période, que le Canadien s’est mis à chercher les tuyaux, la lance et la grande échelle.

De la gymnastique pour Caufield

Au cours de l’après-midi, Cole Caufield a indiqué qu’il appréciait la semaine qu’il passait avec le grand club, en dépit du fait qu’il doive se contenter du rôle de spectateurs, alors qu’il aurait pu disputer quatre matchs avec le Rocket de Laval.

« Il ne faut pas le voir comme ça, a répondu le principal intéressé. J’ai l’occasion de pratiquer avec ces gars-là. Juste ça, c’est très spécial. Je fais confiance à l’organisation dans ce qu’elle croit être bon pour moi. »

Dès le début du voyage, Dominique Ducharme a indiqué qu’il lui serait impossible, pour des raisons administratives, d’insérer l’attaquant de 20 ans dans la formation.

Seule exception possible: qu’un attaquant se blesse. Or, le fait que Jonathan Drouin soit sur le carreau pourrait lui ouvrir la porte. Sauf que pour ce faire, Marc Bergevin devra, une fois de plus, soumettre son équipe à une gymnastique fiscale.

Le site CapFriendly, sommité en matière de calcul des masses salariales de la LNH, y est allé de l’analyse suivante: puisque l’absence de Drouin amènerait le Tricolore sous le minimum de 12 attaquants, il pourrait effectuer un rappel d’urgence (qui ne serait pas comptabilisé sur la limite de quatre rappels).

Toutefois, pour dégager suffisamment d’espace sous le plafond salarial pour insérer Caufield, le Canadien devra remplacer, au sein de sa formation, Cayden Primeau par Charlie Lindgren.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.