/news/green
Navigation

Les pêcheurs de homards prennent la mer aujourd’hui

Coup d'oeil sur cet article

Avec trois jours de retard, la pêche au homard commencera aujourd’hui en Gaspésie, et les premières prises devraient apparaître dans les grands centres dans quelques jours.

• À lire aussi: Accord sur les pêches: Ottawa et le gouvernement micmac de Listuguj s’entendent

• À lire aussi: [PHOTOS] Premiers arrivages de la saison: le crabe des neiges déplace les foules à Québec

Initialement prévue le 21 avril, l’ouverture de la saison a été reportée en raison des mauvaises conditions météorologiques. Les pêcheurs prévoient une excellente saison, et la pandémie ne devrait pas être un impact. L’hiver a été plutôt doux, et l’absence de glace a surpris plusieurs habitués de l’est du Québec.

Les consommateurs pourraient toutefois payer un peu plus cher, puisque le marché semble favoriser les pêcheurs à l’ouverture. La saison est d’une durée de 68 jours.

Fébrilité

«On attendait impatiemment. On annonce une bonne saison. Il y a peu de homards sur le marché, et on pense qu’on va avoir un bon prix pour les pêcheurs. Dimanche, les premiers homards seront ramenés à quai», mentionne depuis Chandler le directeur scientifique du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, Jean Côté.

Pour Jimmy Lepage, de Gaspé, la première journée reste spéciale malgré les 19 années d’expérience qui s’accumulent. 

«La première journée, il y a toujours une fébrilité. Les marchés sont vides et on sait que ça va être bon, mais ce n’est pas fait tant que tu n’as pas levé tes casiers!», explique le pêcheur, qui s’attaquera ensuite au flétan et au thon rouge plus tard. 

Une traçabilité populaire

La nouvelle saison marquera aussi le 10e anniversaire de l’identification de 100% des homards pêchés en Gaspésie, une traçabilité encore unique au monde. Cette approche qui plaît beaucoup met en relation les Québécois et les pêcheurs sur le site monhomard.ca. Le numéro inscrit sur le médaillon permet de mieux connaître le pêcheur qui a capturé notre homard. 

«On était des précurseurs au moment de commencer et nous sommes toujours là. Tout le monde a cru en ça. Il y a également un mouvement pour l’achat local», ajoute M. Côté. 

De plus, en 2021, les pêcheurs essaieront de nouveaux cordages pour éviter que les baleines ne s’y emmêlent ou pour qu’elles puissent se libérer si cela arrivait. 

Malgré quelques cas de COVID-19 dans la MRC du Rocher-Percé, les pêcheurs ne craignent pas le virus. Un rappel des mesures sanitaires a été fait à l’ensemble du groupe.

En 2020, une étude a démontré que le «homard pêché en Gaspésie» pourrait jouir d’une appellation réservée. Le projet devrait se réaliser dans les prochains mois.