/news
Navigation

Nathalie Bondil rejoint l’Institut du monde arabe à Paris

Coup d'oeil sur cet article

Près d’un an après son éviction à la tête du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), l’ancienne directrice Nathalie Bondil signe son retour en tant que directrice du Département du musée et des expositions de l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris.

• À lire aussi: Le Musée des beaux-arts de Montréal entreprend un examen de sa gouvernance

• À lire aussi: L’ex-DG dépose une poursuite de 2 M$

• À lire aussi: Musée des beaux-arts de Montréal: le mandat de la directrice devait être renouvelé

Nathalie Bondil a été sélectionnée pour remplir un mandat de trois ans et devra donner un nouveau souffle à l’institution française en élargissant sa programmation et ses partenariats internationaux.

«Nous avons choisi Nathalie Bondil en raison de son profil personnel et professionnel, et du travail remarquable qu’elle a accompli en 13 ans pour élever le statut international du MBAM», a expliqué le président de l’IMA, Claude Mollard, selon The Art Newspaper.

La nouvelle directrice a été nommée unanimement par un jury composé du chef du Département islamique au Musée du Louvre, Yannick Lintz, de l’ancienne ambassadrice de la Palestine à l’UNESCO Leila Shahid, de l’architecte libanaise Hala Warde ainsi que du directeur du musée Picasso à Paris, Laurent Le Bon.

Sa première tâche à l’Institut du monde arabe sera donc d’agrandir et de réaménager les galeries d’art du musée.

Un nouveau défi pour l’ex-directrice du MBAM, qui avait été congédiée, en juillet dernier, en raison d’un climat de travail jugé «toxique» après des plaintes d’employés relayées par le syndicat. Mme Bondil avait alors engagé des poursuites à l’encontre du conseil d’administration du musée pour licenciement abusif et diffamation.

Géré par l’intermédiaire d’une fondation créée par la France et 23 États arabes, l’Institut du monde arabe met en avant la culture et le patrimoine arabes.