/weekend
Navigation

Besoin d’amour

Coup d'oeil sur cet article

Depuis plus d’un an, les quotidiens sont complètement chamboulés. L’impatience, l’intolérance envahissent le cœur (et les humeurs) de plusieurs personnes. Et si, pour inverser la tendance, une majorité choisissait la bienveillance et la prudence ? Ressentez-vous ce besoin d’amour, d’affection ? L’amour peut prendre différentes formes et n’est pas uniquement confiné à ce qu’éprouvent les couples d’amoureux éternels.

1– Avec tout ce qui se passe actuellement, votre ami-e traverse une situation particulièrement difficile. Quelle est votre réaction ?

a) Vous lui proposez de prendre du recul et d’attendre que ça passe.

b) Vous lui offrez votre épaule pour pleurer et vos « oreilles » pour écouter, de façon virtuelle.

c) Vous prenez du recul et vous attendez qu’il ou elle vous rappelle.

Si vous avez répondu « b », c’est que vous avez de bons réflexes ! Car s’il est vrai que par amour ou par amitié l’on aurait tendance à tout vouloir prendre en charge pour éviter à l’autre de souffrir, ce n’est pas nécessairement toujours ce dont l’autre a besoin. Il est toutefois possible que, malgré vos efforts de soutien et de consolation, votre ami-e prenne tout de même du recul afin de se retrouver un peu. Restez tout près. Faites-lui savoir que vous serez là quand il ou elle sera prêt-e et, en cas d’inquiétude, n’hésitez pas à vous référer à une ligne d’aide (et à proposer ces références à votre ami-e).

2– Que feriez-vous par amour ?

a) J’irais jusqu’au bout du monde.

b) Je donnerais ma vie.

c) Je prendrais mes distances.

En réalité, la meilleure réponse, c’est vous qui la connaissez ! Par contre, une chose est certaine : l’amour, le vrai, donne des ailes. Prêt à aller au bout du monde pour suivre votre rêve ? Pourquoi pas. À n’importe quel prix ? Peut-être pas. L’amour qui aveugle n’est pas toujours sain... car il ne permet pas tout à fait à la personne de comprendre les vraies motivations de ses sentiments.  

L’amour dit « inconditionnel », celui que l’on ressent pour seules quelques personnes au cours d’une vie, nous fait éprouver des choses exceptionnelles. Une lectrice a déjà écrit : « Quand on dit qu’on donnerait notre vie pour nos enfants, c’est vraiment le cas. Cette sensation intérieure qui ne ment pas, je l’ai ressentie alors que ma fille se mourait. Elle avait quatorze ans quand la mort l’a emportée. J’ai cru moi-même mourir. J’ai tout fait pour qu’elle survive. J’ai perdu des gros morceaux avec sa disparition. Après la colère et la frustration, l’injustice et l’incompréhension, on apprend à gérer la situation. On ne l’accepte jamais. Mais on apprend à vivre avec. Par amour pour elle, je me dois de continuer pour mon mari et mes autres enfants. »

L’amour commence par soi

Pour aimer quelqu’un d’autre, il faut s’aimer soi-même. Ça semble naturel ? Mais c’est loin d’être évident ! L’amour demande du travail, de la persévérance, de la tolérance, du pardon, de l’adaptation... et j’en passe ! Faire la différence entre un amour sain et un amour toxique, c’est savoir faire la nuance entre ce qui est bon pour soi et ce qui ne l’est pas. Des pistes ? En apprenant à découvrir ses propres limites, en les reconnaissant, en les acceptant et en les respectant. Il est facile de juger les comportements d’autrui, mais il est plus difficile de s’évaluer ! Je vous invite à porter un regard vers ce que vous pourriez faire pour ajouter de la bienveillance à votre quotidien et appliquer un baume sur votre « cœur ».