/news/coronavirus
Navigation

Pérou: l'ex-président Vizcarra déclaré positif à la COVID-19 malgré sa vaccination

Pérou: l'ex-président Vizcarra déclaré positif à la COVID-19 malgré sa vaccination
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L'ancien président péruvien Martin Vizcarra a été déclaré positif au coronavirus six mois après avoir bénéficié d'une vaccination anticipée, ce qui avait suscité un scandale politique.  

• À lire aussi: Virus: double masque obligatoire pour faire les courses au Pérou

• À lire aussi: COVID-19: pire taux de mortalité des Amériques pour le Brésil

• À lire aussi: Les touristes américains vaccinés admis en Europe cet été?

«Malgré les précautions prises afin d'éviter d'introduire le virus à domicile, mon épouse et moi sommes positifs à la COVID-19», a annoncé dimanche M. Vizcarra sur Twitter. «Ma famille est à l'isolement. Ne baissons pas la garde».

Cette contagion a eu lieu la semaine durant laquelle l'ex-président a été interdit de fonctions politiques par le Congrès péruvien, pour s'être fait indûment administrer des doses du vaccin Sinopharm en octobre. Il ne pourra donc pas occuper le siège de député qu'il a remporté récemment.

Martin Vizcarra, 58 ans, est impliqué dans un scandale baptisé «Vacunagate». En février, il avait été révélé qu'un groupe de 470 personnes s'étaient fait vacciner secrètement contre le coronavirus avant le début officiel de la campagne d'immunisation. Ce scandale, qui a agité le pays pendant plusieurs jours, a conduit à la démission de la ministre de la Santé, Pilar Mazzetti, et à celle des Affaires étrangères, Elizabeth Astete.

M. Vizcarra nie avoir été vacciné de manière irrégulière. Il affirme que son frère, son épouse et lui ont été volontaires pour un essai clinique avant le lancement officiel de la campagne de vaccination.

Pérou: l'ex-président Vizcarra déclaré positif à la COVID-19 malgré sa vaccination
AFP

L'ancien président reste par ailleurs mis en cause dans une enquête sur des accusations de corruption remontant à l'époque où il était gouverneur de la région de Moquegua, dans le sud du Pérou, de 2011 à 2014. Il déclare que ces accusations sont infondées.

C'est dans ce cadre que le Congrès l'a destitué de ses fonctions de chef de l'État en novembre 2020. La destitution de ce président populaire qui avait entrepris une croisade contre la corruption avait alors provoqué de violentes manifestations au cours desquelles deux personnes avaient été tuées et une centaine blessées.

La contamination de Martin Vizcarra pourrait raviver les questionnements au Pérou autour de l'efficacité des vaccins du laboratoire chinois Sinopharm, achetés par Lima.

Le pays est confronté au pic d'une deuxième vague épidémique, alimentée par un variant originaire du Brésil.

Le dernier bilan quotidien du Pérou a porté le nombre total de décès à 59 440 depuis le début de la pandémie, tandis que le nombre total de cas s'élève à plus de 1,7 million, dans ce pays de 33 millions d'habitants.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres