/opinion/blogs/columnists
Navigation

Silence! On tourne!

Cameraman and assistant shooting the film scene with camera
Photo adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Même avec les années, j’ai toujours le trac la veille d’un tournage.

Fébrile, je vérifie 100 fois l’heure de convocation et l’adresse du lieu. Dans la vie d’une comédienne il y a ces cauchemars récurent : Tu t’es trompée de jour, ou tu t’es perdue sur la route, tu arrives en retard, ou tu n’as pas appris le bon texte.

Jour béni.

Arrivée au bon endroit et à la bonne heure, je passe par le « bureau covid » : prise de température, questionnaire, signature. Puis, direction CCM : Costume, coiffure, maquillage. Quel bonheur de revoir Réjean qui s’attaque à ma chevelure les ciseaux à la main et me fait belle avant de passer sur la chaise de Ludo.!

La maquilleuse.

Des mois que je ne me maquille plus! À quoi bon se grimer pour tout gâcher sous un masque? La fée Ludo manie le pinceau, sachant qu’on passera la journée à retirer et remettre nos masques entre les prises.

Retrouvailles.

Sur le plateau, je reconnais avec plaisir presque tous les membres de l’équipe technique.

Émue, je retrouve Nathalie Gadouas. Nous avons si souvent travaillé ensemble sur des comédies musicales. Je ne l’ai même pas vue au décès de sa maman Andrée Lachapelle que nous aimions tant.

Enfants de la balle.

En attendant de tourner Nathalie et moi, nous donnons des nouvelles de nos familles, de nos amis. Nous n’en revenons pas d’être soudain parmi tant de monde. Enfin on tourne, ça passe toujours trop vite. Notre scène bouclée, nous quittons en saluant l’équipe. Qui sait quand on les reverra...

Couvre-feu

Pour profiter plus longtemps de sa présence, je raccompagne Nathalie.

Nostalgiques, nous évoquons Andrée si lumineuse et tous ces artistes disparus récemment qui ont peuplé notre univers depuis l’enfance. Je me sais bien chanceuse d’avoir encore ma vieille haïssable. 

Le soir descend... Au revoir Nathalie! À bientôt dans ce monde qu’on ne reconnait plus.