/news/education
Navigation

Garderies: Québec investit 64 M$ dans la formation

Coup d'oeil sur cet article

Québec crée une formation accélérée dans l’espoir de combler rapidement les importants besoins en main-d’œuvre dans le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance. 

• À lire aussi: Des messages qui critiquent le gouvernement sont effacés sur la page Facebook de François Legault

• À lire aussi: Quand nos garderies font l’envie du Canada

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, en ont fait l’annonce lundi matin.

Des 64 M$ débloqués pour différentes initiatives, 45 M$ seront investis pour créer un Programme de formations de courte durée (COUD). Les participants à ce programme pourront obtenir une accréditation d’études collégiales tout en travaillant à temps partiel dans un centre de la petite enfance où ils seront rémunérés jusqu’à concurrence de 15$ de l’heure, pour un maximum de 15 000$ par année.

Québec espère ainsi avoir formé 2400 éducatrices supplémentaires en 2024.

«Il manque d’éducateurs et d’éducatrice à la petite enfance, et ça fait du mal à notre économie. Vous le savez, nous avons tous rencontré des personnes qui ne pouvaient pas réintégrer le marché de l’emploi faute de disponibilités, notamment dans les centres de la petite enfance», déplore le ministre Jean Boulet.

Le gouvernement Legault entend aussi récompenser les étudiants du programme de techniques d’éducation à l’enfance, une formation de niveau collégial, en leur remettant des bourses de 2300$ pour la réussite de leurs 1er et 2e stages. Quelque 11,6 M$ sont réservés pour cette mesure particulière.

On estime qu’en 2024, il y aura une demande minimale non comblée d’environ 10 300 éducatrices ou éducateurs pour pourvoir des postes vacants et effectuer des remplacements dans les centres de la petite enfance et les garderies de la province.

Québec a déjà assoupli les règles il y a un an afin de pallier la pénurie de personnel pendant la pandémie. Dorénavant, et ce, jusqu’à neuf mois après la fin de l’urgence sanitaire, une seule éducatrice sur trois doit avoir suivi une formation en Techniques d’éducation à l’enfance dans les CPE. Auparavant, ce ratio était de deux éducatrices sur trois. 

  • Écoutez l'entrevue avec le ministre de la Famille Mathieu Lacombe sur QUB radio: