/finance
Navigation

Peut-on convertir ses FEER en CELI?

Coup d'oeil sur cet article

Question de Francine, une de nos lectrices : J’ai eu 71 ans en décembre dernier et mes REER ont été convertis en FERR. J’aimerais savoir s’il est possible de convertir mes FERR en CELI. Est-ce plus avantageux d’un point de vue fiscal et au niveau du rendement ?

Réponse : Vous pouvez effectivement transférer vos FERR dans un CELI, s’il vous reste de la place dans celui-ci évidemment. En 2021, le maximum cumulatif de cotisation au CELI est de 75 500 $.

Les montants que vous transférerez de votre FERR vers le CELI sont imposables et un impôt minimum devra obligatoirement être prélevé à la source si le retrait dépasse le minimum établi par le fisc, indique Pascal Larivière, planificateur financier chez IG Gestion de patrimoine. 

Votre taux d’imposition réel dépendra de plusieurs facteurs : les autres revenus imposables que vous recevez (par exemple : RRQ, PSV, pension d’un ancien employeur), la possibilité de fractionner vos revenus avec un conjoint, etc.

« Si votre taux d’imposition est plus élevé actuellement qu’il le sera dans le futur, il est sans doute préférable d’attendre pour effectuer ce transfert », recommande Pascal Larivière. 

Réduire les impôts

Sachez aussi que si vous disposez d’un montant important dans vos FERR et ne décaissez que le minimum chaque année, au moment de votre décès, ces sommes pourraient être imposées jusqu’à 53,31 %.

« Par conséquent, il pourrait être judicieux de décaisser vos FERR progressivement de façon à niveler l’impôt au fil du temps, et de placer cet argent dans un CELI, à l’abri de l’impôt », indique-t-il.

En revanche, si vos revenus sont modestes et que vous touchez actuellement le Supplément de revenu garanti, sortir trop d’argent de vos FERR pourrait vous faire perdre le SRG. Pour une personne vivant seule, le revenu maximum annuel pour y être admissible est de 18 648 $ en 2021 (incluant la pension de la sécurité de la vieillesse au fédéral).

Concernant le rendement, il faut tenir compte de votre tolérance au risque et de ce que vous comptez faire de ces sommes.

« Sur le long terme, la croissance dans un CELI peut être plus intéressante que dans un FERR, quand on investit davantage dans des actions par exemple. Donc, si vous souhaitez laisser le plus d’argent possible à votre succession et que votre tolérance au risque est élevée, investir dans un CELI peut s’avérer une bonne option, et ce, d’autant que cette croissance sera libre d’impôt pour vos héritiers. Dans un FERR, les sommes seront imposables au retrait », précise Pascal Larivière.

Vous pourriez donc prendre davantage d’actions dans le CELI et opter pour des placements plus prudents dans vos FERR. Le planificateur financier ajoute que chaque situation est unique et vous recommande de consulter un expert qui pourra vous proposer un plan sur mesure.


Vous avez des questions ? Écrivez-moi à emmanuelle.gril@quebecormedia.com.