/entertainment/tv
Navigation

«Piégés», nouveau thriller original sur addikTV

Jean-Philippe Perras
Photo d'archives, Agence QMI Jean-Philippe Perras

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau thriller psychologique nous donnera des sueurs froides à l’automne sur addikTV. Des hommes et des femmes sans histoire, au quotidien tout ce qu’il y a de plus conventionnel, s’y retrouveront prisonniers, chacun dans sa cellule, et réaliseront qu’ils sont épiés, écoutés, manipulés comme des pantins, et qu’on s’amuse avec leurs pires phobies. 

Annoncée en début d’année sous le titre «Captifs», la série s’intitulera finalement «Piégés» et a maintenant une adresse confirmée pour l’automne: celle d’addikTV. La case horaire exacte est encore à déterminer et le tournage était déjà enclenché en début d’année.

Le projet en six épisodes, piloté par Duo Productions et Québecor Contenu, compte sur une distribution qualifiée (Jean-Philippe Perras, Brigitte Lafleur, Martin Dubreuil, Schelby Jean-Baptiste, Brigitte Poupart, Milya Corbeil-Gauvreau, Fabien Dupuis), un réalisateur doué à qui on doit l’idée de ce suspense haletant (Yannick Savard, qui a entre autres été aux commandes de «L’heure bleue») et un nouvel auteur en pleine ascension (François Pagé, qui signe aussi une autre fiction à venir à Radio-Canada avec Duo Productions, «Après», avec Karine Vanasse).

«Ce que j’ai beaucoup aimé de cette série, c’est l’idée de la captivité, mais aussi le fait que ce sont des gens comme nous, explique la productrice Anne Boyer, de la boîte Duo. Ce ne sont pas des personnes qui auraient pu prévoir ça, parce que c’est le genre d’affaire qui n’arrive qu’aux espions! On va découvrir éventuellement pourquoi ils sont là...»

«Exceptionnel»

Au premier coup d’œil, la prémice de «Piégés» peut paraître casse-gueule. Des inconnus qui se réveillent du jour au lendemain dans une salle de contrôle, coincés dans une cage, sans connaître la raison de leur sort, ni ce qui les lie entre eux, voilà un scénario peu susceptible de se produire pour le commun des mortels. Victimes d’un dangereux jeu de chat et de souris, les personnages devront faire équipe pour s’extirper de ce mauvais pas.

Mais Anne Boyer est catégorique: le résultat sera crédible et hautement addictif, ponctué de «flashbacks» qui nourriront l’intrigue.

«Ça va être exceptionnel, tranche-t-elle sans détour, l’enthousiasme dans la voix. On s’est creusé la tête pour se demander s’il y avait déjà eu des séries de ce genre au Québec, et je pense que non. Yannick Savard a un talent formidable, et il a réalisé quelque chose de vraiment, vraiment bien. L’idée de se casser la gueule est exclue!»

«Piégés» revêtait aussi, aux dires de la créatrice, la grande qualité de pouvoir se tourner en temps de pandémie «sans avoir l’air d’avoir été tournée en temps de pandémie».

«C’était le point de départ», note la productrice.

Quant à l’écriture de François Pagé, que le grand public ne connaît pas encore, elle en épatera plusieurs, réitère Anne Boyer.

«Il écrit bien en "tabarouette!" (rires) C’est un gars qui a travaillé dans plein de milieux auparavant, mais qui a toujours eu un intérêt pour l’écriture. Nous, ça fait un bout de temps qu’on travaille avec lui et qu’on démarche ses projets, et par le plus grand des hasards, ses deux séries ["Après" et "Piégés"] sont tournées en même temps. On trouve qu’il a vraiment un talent exceptionnel.»

  • On verra «Piégés» sur la chaîne addikTV à l’automne.