/misc
Navigation

Pour les survivants de la COVID-19: une seule dose de vaccin suffit

Vaccination in hospital during pandemic
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Une étude montre que chez les personnes qui ont été préalablement exposées au coronavirus responsable de la COVID-19, une seule dose de vaccin ARN messager est suffisante pour atteindre une immunité maximale. 

• À lire aussi: Des snowbirds incapables de faire reconnaître leur vaccin

Il y a eu depuis le début de la pandémie un peu plus de 340 000 cas confirmés de COVID-19 au Québec, et il n’y a aucun doute que le nombre de cas réels est beaucoup plus élevé étant donné la proportion élevée (environ 50 %) d’infections asymptomatiques.

Les données recueillies jusqu’à présent auprès des survivants de la Covid-19 indiquent que, dans la majorité des cas, l’infection a provoqué une très bonne réponse immunitaire naturelle et que cette protection contre le virus devrait se maintenir au moins quelques années(1)

Par contre, il est difficile d’évaluer avec exactitude ce degré de protection, car la réponse immunitaire est extrêmement variable d’une personne à l’autre selon l’âge, l’état de santé général, certains facteurs génétiques ou encore la quantité de virus à laquelle l’immunité a été exposée.  

Les vaccins permettent de réduire cette variabilité interindividuelle, car tout le monde reçoit la même dose et la formulation du vaccin est calibrée pour induire une réponse immunitaire optimale. 

Par exemple, on a observé que les volontaires ayant reçu un vaccin à base d’ARN messager (Moderna) présentaient des taux sanguins d’anticorps plus élevés que ceux ayant été infectés par le virus(2)

Il est donc probable que même pour les survivants de la COVID-19, la vaccination puisse conférer une protection plus optimale contre le virus que celle offerte par l’infection naturelle.

Une dose est suffisante

Pour répondre à cette question, des chercheurs ont comparé les réponses immunitaires générées par les vaccins à base d’ARN messager (Pfizer et Moderna) entre des personnes n’ayant pas été infectées par le coronavirus et celles qui avaient contracté la Covid-19 au cours des 2 à 4 derniers mois(3)

En accord avec les données cliniques publiées par les manufacturiers de ces vaccins, ils ont observé que chez les personnes n’ayant jamais été exposées au virus, une réponse immunitaire optimale requiert l’administration de deux doses de ces vaccins. 

La deuxième dose semble particulièrement importante pour générer une mémoire immunitaire capable de neutraliser le variant B.1.351 (Sud-Africain), ce qui confirme l’importance de compléter le protocole d’immunisation de 2 doses de vaccins ARNm. 

Jusqu’à maintenant, l’urgence de freiner le plus rapidement possible la propagation du virus a forcé les autorités à utiliser les doses disponibles pour vacciner le plus grand nombre de personnes possible, quitte à retarder l’administration de la seconde dose. 

Ces résultats viennent cependant nous rappeler que cette seconde dose est nécessaire pour une protection optimale contre le virus et ses variants.

Les résultats sont quelque peu différents pour les personnes qui avaient déjà été infectées par le coronavirus avant d’être vaccinées.

Chez ces personnes, la présence d’une mémoire immunitaire de l’infection a provoqué une très forte production d’anticorps après l’administration de la première dose de vaccin, mais cette réponse atteignait déjà son maximum et n’était pas significativement augmentée par une deuxième dose.  

La vaccination des survivants de la Covid-19 peut donc améliorer leur immunité face au virus, mais cette protection ne requiert qu’une seule dose de vaccin ARNm. 

Cette découverte pourrait s’avérer importante si jamais nous devions faire face à des problèmes d’approvisionnement en vaccins au cours des prochains mois : étant donné le nombre important de personnes qui ont été infectées par le virus au cours de la dernière année, les deuxièmes doses non nécessaires pour cette population pourraient alors être utilisées pour compléter le protocole d’immunisation des personnes qui requièrent les deux doses de vaccin.  


(1) Dan JM et coll. Immunological memory to SARS-CoV-2 assessed for up to 8 months after infection. Science 2021; 371: eabf4063.
(2) Widge AT et coll. Durability of responses after SARS-CoV-2 mRNA-1273 vaccination. N. Engl. J. Med. 2021; 384: 80-82.
(3) Goel RR et coll. Distinct antibody and memory B cell responses in SARS-CoV-2 naïve and recovered individuals following mRNA vaccination. Science Immunology, publié le 15 avril 2021.

À VOIR AUSSI...