/opinion/columnists
Navigation

Une voiture efficace pour le Québec

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, lors d’une conférence de presse sur la pandémie mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Oui, j’ai douté. En mars dernier, lorsque le premier ministre de l’Ontario a lancé sa plateforme en promettant de pouvoir vacciner 150 000 personnes par jour pendant qu’au Québec on peinait à inoculer 30 000 personnes quotidiennement, je craignais que sur l’autoroute de la vaccination, l’Ontario s’échappe loin devant nous. 

Je dois l’admettre, maintenant qu’elle est bien rodée, la voiture flambant neuve du ministre Christian Dubé est efficace et performante.

Non seulement le Québec maintient sa position de tête sur le pourcentage de personnes vaccinées, près de 33 %, mais en plus, les témoignages des gens qui ont reçu le précieux sérum sont très positifs sur l’expérience client.  

On souligne le faible temps d’attente et la gentillesse des vaccinateurs.

Bien sûr, la voiture québécoise n’est pas à toute épreuve. Le ministre Dubé a dû changer quelques pièces en cours de route. C’est le cas notamment pour la vaccination des malades chroniques et des personnes handicapées. La machine avait envoyé des signaux contradictoires, et les voyants rouges étaient allumés. Il y avait de la confusion, de la frustration et des inquiétudes, mais les problèmes sont maintenant corrigés.  

Pour s’assurer de ne pas manquer d’essence en utilisant tout le carburant disponible, Québec s’est aussi bien ajusté aux problèmes liés à l’AstraZeneca en permettant aux 45-60 ans de se faire vacciner plus tôt que prévu grâce à ce vaccin. Ç’a été un franc succès, ça faisait même la file dans les cliniques sans rendez-vous.

Québec a également réussi à recruter des étudiants et de nombreux professionnels de toutes sortes qui avaient les compétences pour vacciner. Ils sont nombreux à avoir levé la main pour répondre à l’appel, et on les a finalement rappelés. En espérant que tous ces volontaires accepteront de faire partie de l’équipe de vaccinateurs jusqu’au fil d’arrivée.

En ce moment, il ne semble pas y avoir d’autres obstacles. Ottawa a donné la garantie que nous aurions les vaccins nécessaires pour pouvoir administrer la première dose à tous les adultes d’ici le 24 juin. Québec a prouvé qu’elle pouvait vacciner près de 88 000 personnes par jour et elle pense pouvoir faire encore mieux en juin.  

Seulement à mi-chemin

Évidemment, pas question de proclamer un vainqueur tant que ce n’est pas fini. Il reste encore deux mois de course, d’autres écueils pourraient survenir. L’Ontario n’est pas très loin dans le radar, elle a vacciné 31 % de sa population, elle pourrait toujours nous dépasser.  

La route est cependant plus cahoteuse dans la province de Doug Ford aux prises avec une explosion de cas de Covid-19 depuis un peu plus d’un mois.  

Espoir 

Au Québec, heureusement, la situation semble s’améliorer. Mais il ne faut pas se réjouir trop vite, un relâchement des mesures pourrait entraîner une recrudescence rapide du nombre de cas. Nous l’avons constaté en mars dernier. 

Un Québécois sur trois est vacciné, ce n’est pas suffisant pour avoir un impact significatif, mais quand ça va bien, ça redonne de l’espoir.