/news/education
Navigation

COVID-19: des campus à moitié remplis cet automne dans les cégeps et les universités

Une distance d’un mètre devra être maintenue entre les étudiants

Palmarès des CEGEP 2021
Photo Iften Redjah Le port du masque devrait rester obligatoire cet automne, tout comme dans cette bibliothèque du Cégep de Rimouski.

Coup d'oeil sur cet article

Québec «souhaite la tenue d’un maximum d’activités en présence» sur les campus des cégeps et des universités cet automne, mais le maintien d’une distance d’un mètre entre les étudiants ne permettra pas de retour à 100% en présentiel pour tous, préviennent des acteurs du réseau collégial.

• À lire aussi: Zones rouge foncé: retour en classe au primaire, mais seulement à Québec

• À lire aussi: [INFOGRAPHIE] La troisième vague en perte de vitesse au Québec

Le ministère de l’Enseignement supérieur a fait connaître ses orientations pour la session d’automne dans une lettre transmise aux cégeps et universités vendredi, en fin de journée. 

La distance entre les étudiants «passerait» de 1,5 m à 1 m, et le port du masque «devrait» rester obligatoire, indique-t-on. «Les progrès attendus de la vaccination nous permettent d’annoncer dès maintenant cette orientation», peut-on lire. 

Des consignes plus précises seront annoncées au cours des prochaines semaines, selon l’évolution de la situation sanitaire, ajoute-t-on. 

Dans le réseau collégial, les mesures d’assouplissement en vigueur depuis le début de la pandémie (comme les demandes d’«incomplets») seront reconduites pour la session d’automne. 

Des cégeps à moitié remplis

La perspective de revoir des étudiants déambuler bruyamment dans les corridors des établissements réjouit les acteurs du réseau collégial. 

Il faudra toutefois patienter avant un véritable retour à la normale, préviennent-ils: le maintien d’une distance d’un mètre réduira considérablement la capacité d’accueil des locaux. 

Cette contrainte permettrait d’accueillir dans une classe ordinaire de 50 à 60% des étudiants, selon la Fédération des cégeps. 

«Avec ce scénario, c’est sûr qu’on va se retrouver avec de l’alternance», affirme son président-directeur général, Bernard Tremblay. Des cours devront se dérouler à la fois en classe et à l’écran pour permettre à tous d’y assister.  

En classe le soir ou dehors

Pour accueillir le plus d’étudiants en chair et en os possible, certains établissements envisagent d’offrir des cours en soirée, en plein air ou dans des locaux situés à l’extérieur des campus, ajoute M. Tremblay. Les défis et réalités varient considérablement d’un cégep à l’autre.   

«On est encore dans une session où il va y avoir des contraintes, mais on va être dans une expérience plus près de la normale», affirme-t-il. 

À la Fédération étudiante collégiale du Québec, on est bien conscients qu’il devra «y avoir encore de l’adaptation pendant la session d’automne», indique sa présidente, Noémie Veilleux. 

Scepticisme

Dans les rangs des syndicats d’enseignants, on se réjouit de la volonté de Québec d’offrir un maximum de cours en présentiel, tout en demeurant sceptique. 

Au début février, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, avait annoncé que les étudiants pourraient déambuler sur les campus une fois par semaine. 

Mais cet engagement avait été difficile à concrétiser dans plusieurs établissements, rappelle Caroline Quesnel, présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, qui craint que le même scénario se répète cet automne. 

Enseignement hybride

Les cours «comodaux», qui réunissent des étudiants en ligne et à l’écran en même temps, seraient par ailleurs «la moins bonne des solutions», selon Mme Quesnel. «Ce sont deux pédagogies différentes, alors il y a un des deux groupes qui va forcément être lésé», affirme-t-elle. 

Les syndicats d’enseignants et les étudiants pressent par ailleurs la ministre McCann d’annoncer publiquement son plan de match pour la session d’automne. «C’est bien d’envoyer des lettres aux établissements un vendredi soir, mais il faut que l’information se rende jusqu’aux étudiants», affirme Noémie Veilleux. 

Ils réclament par ailleurs un solide plan de match pour aider les étudiants à décrocher leur diplôme, alors que plusieurs ont été éprouvés après de longs mois passés seuls, rivés devant leur écran. 

CÉGEPS ET UNIVERSITÉS

Retour partiel cet automne  

  • Maximum d’activités en présence pour les étudiants;   
  • Port du masque de procédure obligatoire;   
  • Distance d'un mètre en classe;   
  • Être prêts à basculer en enseignement à distance au besoin.      

Source: ministère de l’Enseignement supérieur

L’Université Laval maintient le cap    

L’Université Laval maintient le cap concernant la session d’automne, ayant déjà annoncé «un maximum d’activités en présence», tout en continuant d’offrir plusieurs cours à distance. 

Les directives annoncées vendredi par le ministère de l’Enseignement supérieur ne modifient pas le plan de match annoncé en février, indique son porte-parole, Simon La Terreur.  

Une offre de cours «flexible», basée sur différentes formules alliant les cours en classe et en ligne, sera offerte cet automne. 

«Nous vous demandons de vous préparer à venir étudier sur le campus de l’Université Laval de façon plus soutenue, peut-on lire dans un message transmis à la communauté universitaire au début avril. Nous nous attendons à ce que la majorité des étudiantes et des étudiants soient présents à Québec pour la rentrée automnale, incluant la communauté étudiante internationale», ajoute-t-on.  

À voir aussi