/news/education
Navigation

Des cégépiens au chevet virtuel des aînés

Coup d'oeil sur cet article

Une cinquantaine d’étudiants en technique de travail social au Cégep de Trois-Rivières, en Mauricie, terminent actuellement un stage tenu entièrement à distance. Leur mission: accompagner des aînés et autres personnes en situation de vulnérabilité, par téléphone.

L’an dernier, la campagne téléphonique avait été une solution de rechange pour des stages interrompus par le confinement. Cette année, le cégep a prévu le coup. Ce sont donc 16 semaines de stage, planifiées au quart de tour, qui tirent à leur fin.

«On a des personnes aidées qui trouvent ça un peu plus difficile de ne pas pouvoir continuer les appels», a souligné Océane Bergeron, étudiante de première année dans le programme. «Je me suis fait remercier pour des ressources que j’ai données à des personnes qui ne connaissaient même pas ces ressources-là», s’est étonnée Mégan Hardy, sa consœur.

«L’apprentissage se fait vraiment des deux côtés», a fait valoir Valérie Lacommande, enseignante en technique de travail social. Elle soutient que les étudiants ont peut-être autant appris auprès des personnes aidées que celles-ci ont profité du soutien des téléphonistes.

En tout, ce sont plus de 1000 personnes qui auront été contactées, dont une centaine sur une base hebdomadaire, afin de briser l’isolement.

«Ils ont réalisé à quel point, dans un contexte de confinement, les gens ont besoin d’avoir des liens sociaux, des liens amicaux et affectifs», a fait valoir Annie Lafontaine, responsable des stages en travail social au Cégep de Trois-Rivières. «Ça va devenir une expérience qui va se répéter, qui va être pérenne au collège, on va installer des infrastructures qui vont s’apparenter à un centre d’appel», a renchéri Nathalie Cauchon, directrice des études et vie étudiante.

Entre-temps, les étudiants font leurs derniers appels. Ils s’assurent que les personnes qui ont pris l’habitude des rendez-vous hebdomadaires sont dirigées vers d’autres ressources.