/sports/jo
Navigation

Jeux olympiques : «Il faut cesser de s’illusionner», insiste Labeaume

Jeux olympiques : «Il faut cesser de s’illusionner», insiste Labeaume
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec affirme avoir agi dans un souci de «transparence» après la diffusion par son cabinet de trois communications du Comité olympique canadien (COC) démontrant que cette organisation écarte depuis plusieurs mois une éventuelle candidature de la ville comme hôte des Jeux d’hiver de 2030.

• À lire aussi: Jeux olympiques: les efforts du comité Québec 2030 sont nuisibles, selon le COC

• À lire aussi: Peu d’appétit pour des Jeux olympiques à Québec

«Je pense que c’était nécessaire, a commenté Régis Labeaume mardi matin. Il y avait là un besoin de transparence [...] Moi, il était nécessaire de bien expliquer la position du Comité olympique canadien à la population de Québec.»

«S’il y a une candidature pour les Jeux d’hiver [entre 2030 et 2040], ce sera Vancouver, c’est fait. Alors [...], il faut cesser de s’illusionner, les choix sont faits et il faut que ce soit clair pour tout le monde, je pense que c’est bien important», a martelé M. Labeaume.

Dans deux lettres rendues publiques par son cabinet lundi, le chef de la direction du COC, David Shoemaker, remercie poliment pour son enthousiasme Mark Charest, fondateur du «comité Québec 2030» qui tente d’allumer le rêve olympique dans la région, mais lui fait savoir sans équivoque que les «conditions idéales» ne sont pas réunies pour que se concrétise une candidature de Québec.

Vancouver favorisée

Le COC est arrivé à cette conclusion «sur la base [de son] analyse globale et de la position du maire actuel», précise-t-il. Dans une correspondance datée du 26 février, M. Shoemaker confirme que «Vancouver sera la seule option envisagée pour une candidature potentielle pour les Jeux d’hiver».

Le regroupement de Mark Charest est malgré tout allé de l’avant avec une conférence de presse virtuelle organisée en grande pompe en présence d’athlètes et de gens d’affaires le 22 avril dernier.

M. Charest, qui a décliné notre demande d’entrevue, a fait valoir lors de cette conférence de presse que «Vancouver n’a pas officiellement annoncé une candidature» et que cette ville «se positionne, ils le font comme on le fait».

Opportunité

Se disant bien au fait de l’avis défavorable du maire Labeaume, M. Charest a insisté sur l’importance de convaincre le milieu des affaires et la population afin de rendre légitime le projet aux yeux des instances gouvernementales et olympiques.

À coup de visuels et de tableaux, son mouvement a fait valoir que le principe d’alternance des Jeux olympiques, l’expérience de Québec dans l’organisation de grands événements, ses infrastructures et la nouvelle vision du Comité international olympique offrent à la région une occasion en or de présenter des Jeux en 2030, et ce «sans déficit».

Or, on a ensuite appris que le gouvernement Legault n’est pas non plus intéressé, pour l’instant.

– Avec la collaboration de Diane Tremblay