/news/politics
Navigation

Le commissaire au lobbyisme portera attention à Philippe Couillard

FILES-CANADA-QUEBEC-ELECTION-POLITICS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le commissaire au lobbyisme du Québec portera attention aux activités de lobbyisme de l’ex-premier ministre, Philippe Couillard, qui courtise Investissement Québec (IQ), pour un projet d’usine à batterie. 

• À lire aussi: Philippe Couillard courtise IQ

« Le fait que l’inscription soit faite au fédéral, et pas encore au Québec, ça peut amener les citoyens à se questionner. C’est certain que nous, on va y porter attention», a déclaré Jean-François Routhier, commissaire au lobbyisme du Québec, en entrevue avec Antoine Robitaille à l’émission «Là-haut sur la colline» à QUB Radio, mardi. 

« Mais je suis convaincu que, dans la mesure où des activités de lobbyisme ont été accomplies, cette inscription-là, on va la voir passer éventuellement», a tenu à ajouter du même souffle l'avocat. 

Lundi, Le Journal a révélé que l’ex-premier ministre Philippe Couillard a eu des discussions « préliminaires avancées » avec Investissement Québec (IQ) pour construire ici l’usine de batteries de Britishvolt Canada inc., dont il est l’un des administrateurs. 

En cours d’entretien, Philippe Couillard avait indiqué qu’il prévoyait s’inscrire bientôt au Registre des lobbyistes québécois dès que débutent des « discussions financières précises ». 

« Investissement Québec nous recommandait de ne pas nous inscrire avant que l’on ait cette discussion très poussée. J’en ai parlé avec eux », avait-il souligné. 

Délais de 30 jours

Au lendemain de la publication de l’article, le Commissaire au lobbyisme du Québec a accordé une entrevue à QUB Radio au cours de laquelle il est revenu sur le cas de Philippe Couillard.

«On a le droit de s’attendre évidemment, comme citoyen, que nos institutions publiques vont s’assurer que les lois québécoises seront respectées et évidemment qu’un ancien premier ministre comme M. Couillard va aussi respecter les lois québécoises», a-t-il affirmé. 

« Il a un délai quand même assez grand. Il a 30 jours pour inscrire ses activités au Registre des lobbyistes au Québec», a-t-il rappelé. 

-Avec la collaboration d'Antoine Robitaille et de Rémi Nadeau

À VOIR AUSSI