/news/green
Navigation

Matières résiduelles: Terrebonne refuse d’être la poubelle de la CMM

Matières résiduelles: Terrebonne refuse d’être la poubelle de la CMM
ÉLIZABETH LAPLANTE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Terrebonne a annoncé lundi avoir déposé un mémoire sur la révision du Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles, refusant d’être «la poubelle» de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).  

Quelque vingt-et-une recommandations ont été formulées par l’administration du maire Marc-André Plante qui trouve «irréaliste» l’ambition de la CMM d’atteindre «Zéro enfouissement» d’ici 2025. 

«Cet objectif est tout à fait noble, mais la réalité est qu’atteindre le zéro enfouissement d’ici seulement 4 ans est tout simplement irréaliste», a expliqué par communiqué, lundi, le maire de Terrebonne.

Selon une étude de Recyc-Québec, en 2019, seulement 4,9 % des déchets du secteur municipal qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement sont véritablement des résidus ultimes. 

«À ce rythme, les sites d’enfouissement de la province seront pleins d’ici 13 ans. Pour le lieu d’enfouissement technique de Lachenaie, on parle d’un horizon possiblement aussi court que celui de 2026», s’est alarmé M. Plante. 

La Ville de Terrebonne recommande à la CMM d’établir des objectifs ambitieux, «mais réalistes et atteignables», quitte à faire du concept «Zéro enfouissement» une vision à long terme. 

Terrebonne plaide également pour l’autonomie des territoires en mesure d’accueillir des lieux de traitement et de disposition.

«Si les matières sortent des territoires préétablis, une tarification ou une pénalité devrait être appliquée», préconise la Ville, proposant la création d’un réseau d’écocentres et l’harmonisation des différentes collectes pour l’ensemble des municipalités. 

«Il est inconcevable qu’il n’y ait qu’un seul site d’enfouissement sur le territoire de la CMM. Terrebonne ne veut plus être la poubelle de la CMM», a tonné M. Plante.