/news/coronavirus
Navigation

Un retour à l’école, mais pas pour tous

Le primaire ira en classe, sauf à Bellechasse et en Beauce

reax retour en classe
Photo Marianne White Karine Breton se réjouit du retour en classe au primaire, et ses enfants, Jade et Joaquim, ont hâte de retrouver leurs amis pour terminer l’année scolaire.

Coup d'oeil sur cet article

Cris de joie pour les enfants, soupirs de soulagement chez les parents : l’annonce du retour en classe lundi pour les élèves du primaire de Québec et d’une partie de la Rive-Sud a fait des heureux hier, alors que d’autres, très déçus, devront encore patienter.

• À lire aussi: Le passeport vaccinal, c’est la liberté

• À lire aussi: Il infecte une vingtaine de personnes à Pâques

«C’est quasiment Noël !» a lancé Jessica Poirier-Brousseau, une enseignante de sixième année qui est aussi mère de deux enfants, dont une fille en quatrième année.

«Ç’a fait un mois qu’on est à la maison et côté motivation, ça été très très difficile autant pour ma fille que pour moi», a-t-elle ajouté.  

Même son de cloche de la part de Karine Breton, qui a aussi deux enfants, dont un garçon autiste en cinquième année.  

«Je suis soulagée, les enfants sautaient de joie tantôt, ils étaient très heureux de pouvoir retrouver leurs amis et de finir l’année en classe. Pour les apprentissages, disons que ce n’est pas la même intensité à la maison qu’à l’école.» 

Même si l’école à la maison s’est relativement bien passée, la fatigue était bien présente après quatre semaines à l’écran. «Les fins de journée étaient plus difficiles, les enfants me disaient qu’ils avaient mal à la tête, mal aux yeux», raconte Mme Breton, qui se demande maintenant quelles mesures seront mises en place pour rattraper le retard accumulé.  

«Ça ne peut pas faire autrement que d’avoir un impact», laisse-t-elle tomber. 

Déception

Pour les enseignants et élèves du secondaire, qui devront patienter, la nouvelle était plus difficile à encaisser. 

«C’est le découragement», lance Annie Lagacé, qui enseigne le français dans une école secondaire de Québec. 

Mme Lagacé est aussi préoccupée pour sa fille de 14 ans, qui prend du retard en mathématique même si elle fonctionne habituellement bien à l’école. «Elle ne suis plus le train en mathématique. Et de ne plus voir personne non plus, ça joue pour beaucoup. C’est vraiment une année à oublier», laisse-t-elle tomber.

À Saint-Georges, la déception n’a pas tardé non plus. Les écoles primaires de la MRC de Bellechasse et celles du Centre de services scolaires de Beauce-Etchemin resteront fermées plus longtemps. 

«Ma fille de première année est démotivée et sa sœur, en maternelle, ne veut plus faire l’école à la maison, explique Érika Bélanger. On ne veut pas de rassemblements, mais tout le monde doit se trouver des gens pour dépanner », a ajouté la mère de quatre enfants.  

«Le feu n’est pas éteint encore», a illustré le maire Claude Morin au sujet du virus.

À Scott, la directrice de l’école primaire l’Accueil était très déçue. «Oui, mon équipe et moi espérions vraiment retourner en présentiel», a confié Sylvie Boutin. 


À VOIR AUSSI:   

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres