/opinion/blogs/columnists
Navigation

Une bouffée d’air

Une bouffée d’air
TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le retour du couvre-feu à 21h30, c’est Byzance!

Les enfants vont pouvoir jouer dehors plus longtemps, pour leur plus grand bien, et que dire de celui de leurs parents, qui pourront souffler un peu.

Le beau temps, si éphémère chez nous, passe si vite que la perspective de pouvoir profiter d’une heure et demie de plus à l’extérieur nous enchante.

Toujours privés de terrasses et de restos.

Quand on pense aux propriétaires, dont les établissements sont fermés depuis octobre 2020 ici à Montréal, c’est crève-cœur. Crève-cœur, mais prudent. À quoi bon ajouter à leur malheur en rouvrant trop vite pour devoir refermer 15 jours après? Il y a bien assez de ceux qui, en zones orange, ont vécu cette expérience douloureuse à Pâques.

Faire contre mauvaise fortune...

Enfin, toute chose étant relative, il semble que le Québec s’en sorte plutôt bien en ce moment.

Peut-on se permettre d’être optimiste? D’un côté oui, si on prend en compte le taux de vaccination. D’un autre côté, il reste bien des zones d’ombres quant aux mutations du coronavirus en ces nombreux variants.

Le gouvernement ne doit pas fléchir...

Malgré les fortes pressions de tous les milieux professionnels et du secteur économique, il faut résister. Donnez du lest à la bride et le cheval s’emballe.

Dieu sait si nous avons hâte de retrouver un semblant de vie normale, de voir nos proches, de sortir autrement que pour s’aérer ou aller faire des courses. On n’en peut plus!

Nous attendons le déconfinement comme une délivrance, mais ce n’est pas pour replonger sitôt libérés. Personne ne veut d’un système yoyo, il faut donc s’assurer d’avoir les conditions gagnantes avant de nous ouvrir les barrières.

Quand on se compare, on se console. Comment ne pas penser à l’Inde et à ses milliers de morts?