/entertainment/music
Navigation

Trois vagues d’artistes au Festival en chanson

La 38e édition sera présentée du 2 au 10 juillet à Petite-Vallée

Festival en chanson de Petite-Vallée, en 2017.
Photo d'archives Festival en chanson de Petite-Vallée, en 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Le Festival en chanson de Petite-Vallée a dévoilé mercredi l’identité des artistes qui se produiront en trois « grandes marées » de spectacles en présentiel : Vincent Vallières, Marie-Pierre Arthur, Safia Nolin, Beyries, Luc De Larochellière, Les Sœurs Boulay et Daniel Boucher, entre autres, se grefferont aux artistes passeurs Klô Pelgag, Tire le Coyote et Louis-Jean Cormier.

Après une année plus modeste en 2020, la 38e édition du festival a été segmentée en trois « marées » d’artistes qui déferleront sur le littoral gaspésien durant trois jours chacune entre le 2 et le 10 juillet prochains.

Chaque marée est formée de six artistes, qui joueront leur spectacle solo les deux premiers jours, et un grand spectacle collectif conclura chacune des trois marées menées par les artistes passeurs. 

Le directeur général et artistique du Village en chanson, Alan Côté, se réjouit d’un nouveau partenariat avec Vision Diversité et Musique nomade, scellé afin d’accroître le nombre d’artistes issus de la diversité culturelle, ce qui permet d’accueillir, entre autres, Laura Niquay, Mamselle Ruiz, Matiu et Shauit. 

Louis-Jean Cormier sera de retour à Petite-Vallée.
Photo d’archives, Didier Debusschère
Louis-Jean Cormier sera de retour à Petite-Vallée.

Prudent

Les spectacles auront lieu en présentiel au coucher du soleil sur l’esplanade du Théâtre de la Vieille Forge, aux chapiteaux de Grande-Vallée et de Petite-Vallée ainsi qu’au Camp chanson, au Shed à Léon, au Bar de la mer et à la halte du Cap-Barré, dans des jauges allant entre 50 et 250 personnes, en distanciation. 

La Gaspésie est actuellement en zone jaune, mais Alan Côté demeure « prudent » quant au nombre de billets qui sont mis en vente. 

Les Sœurs Boulay monteront sur scène.
Photo d'archives
Les Sœurs Boulay monteront sur scène.

« On va en vendre moins que plus, et dès qu’on aura des consignes claires de la Santé publique, on va ouvrir davantage, confie-t-il au Journal. Si on vient à pouvoir être à 1,5 mètre, ça change la donne. Si on peut faire plus que 250 aussi. On est très confiant qu’on pourra faire le festival, mais pas si confiant qu’on pourra être au-delà de ces normes-là. » 

Pris au dépourvu l’été dernier, les derniers mois auront été l’occasion pour le festival de mieux se préparer pour la 38e édition. 

« On a acquis les équipements nécessaires, explique Alan Côté. On fera la désinfection des lieux entre chaque représentation. C’est sûr que ça nous demande une adaptation énorme, ne serait-ce que pour nourrir les artistes et l’équipe du festival. »

Klô Pelgag, artiste passeur.
Photo courtoisie
Klô Pelgag, artiste passeur.

Retard pour la construction

Si Alan Côté estime que la pandémie aura eu des effets positifs sur son festival – « on a développé des choses qui vont certainement nous servir après, comme les spectacles dehors au coucher de soleil et l’exploitation du paysage », dit-il –, elle aura par contre entraîné des retards dans la construction du nouveau Théâtre de la Vieille Forge, ravagé par un incendie en août 2017.

Un chapiteau a été construit en attendant. « On en a encore pour au moins trois étés comme ça, c’est certain », avance-t-il.