/finance
Navigation

Prix des logements à Montréal: «Ça peut peut-être commencer à 500-600$ par mois», selon Legault

Le premier ministre du Québec est la cible de critiques depuis qu’il a estimé le prix d’un loyer à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Les loyers pour un appartement à Montréal commencent à « 500-600 $ » par mois, a estimé hier François Legault, qui ne croit pas que le Québec vit actuellement une « crise » du logement.

• À lire aussi: Un meilleur contrôle des loyers demandé

• À lire aussi: Trois stratégies pour réduire le coût d’achat d’une propriété

Le premier ministre était questionné à l’Assemblée nationale par Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire, à l’occasion de l’étude des crédits budgétaires.   

  • Écoutez la porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

La députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques en a profité pour lui demander s’il avait une idée du prix pour louer un appartement à Montréal. 

« Ça dépend de la grandeur du logement, mais je dirais que ça peut peut-être commencer à 500-600 $ par mois, et ça peut assez rapidement monter à 1000 $ par mois », a répondu le premier ministre. 

Une simple recherche sur le populaire site de petites annonces Kijiji, hier, pour un logement à 500 $ sur l’île de Montréal a donné un seul résultat : un deux-pièces au sous-sol d’un immeuble du nord de la ville, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville.

Le Journal n’a pu trouver qu’une poignée d’appartements à louer entre 500 et 600 $ par mois, pour la plupart des studios. 

Le premier ministre estime néanmoins qu’on ne peut pas qualifier la hausse des loyers au Québec de « crise ». Selon lui, le mot est trop « fort ».         

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:   

Désintérêt

Ce n’est pas ce que constate sur le terrain le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), qui « n’en revient juste pas ». 

« Ça vient confirmer notre impression de désintérêt et de déconnexion de ce gouvernement devant les difficultés que vit la population à se loger. Ça en dit long sur ses priorités. C’est encore pire que de ne pas connaître le prix de la pinte de lait », lance la porte-parole de l’organisme, Véronique Laflamme. Elle rappelle que, selon les derniers chiffres de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), le loyer moyen d’un studio à Montréal est de 702 $ et que celui d’un logement ayant une chambre à coucher y est de 810 $. 

« En plus, les logements disponibles sont beaucoup plus chers que ceux qui sont occupés », assure-t-elle.

La cheffe parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé, a quant à elle rétorqué au premier ministre que le prix médian d’un appartement à Montréal est de 1310 $, selon une récente enquête du journal Le Devoir qui a colligé plus de 3000 annonces sur Kijiji.    

  • Écoutez l’entrevue de Philippe Hurteau, chercheur à l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques

Couillard en mémoire

L’incident n’est pas sans rappeler la campagne électorale de 2018, quand le chef libéral de l’époque, Philippe Couillard, s’était entêté à soutenir qu’il est tout à fait possible pour une personne monoparentale de nourrir ses deux ados avec 75 $ par semaine. 

Des nutritionnistes avaient pris la peine de prouver le contraire, mais cela n’avait pas empêché M. Couillard de persister. 

« Malheureusement, ces nutritionnistes n’ont pas rencontré les bonnes personnes », avait-il déclaré. 

  • Écoutez Marie-Claude Nichols, Députée libérale de Vaudreuil, sur QUB radio:   

– Avec la collaboration de Martin Jolicoeur et Nora T. Lamontagne

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

À VOIR AUSSI...