/finance/news
Navigation

Trois stratégies pour réduire le coût d’achat d’une propriété

Print
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Êtes-vous sur le point de payer le gros prix pour votre prochaine maison ? Et si je vous disais qu’il existe des trucs tout simples pour payer moins cher...

• À lire aussi - [EN IMAGES] 5 maisons pour les riches et célèbres au Québec

Si le marché n’avait pas été aussi favorable aux vendeurs, j’aurais aimé vous parler de comment bien négocier le prix de vente. Or, à l’heure actuelle, c’est très difficile de négocier le prix demandé. Mais cela ne veut pas dire que c’est impossible de diminuer la quantité d’argent qui sortira de vos poches. 

Voici trois trucs qui vous aideront à devenir propriétaire avec un budget un peu plus modeste. 

1. Négociez votre hypothèque

En négociant vos conditions hypothécaires (notamment votre taux d’intérêt), vous pouvez réduire vos paiements mensuels. À la fin de votre amortissement, cela pourrait vous faire économiser plusieurs milliers de dollars. Par exemple, supposons une maison payée 350 000 $ avec une mise de fonds de 5 % (17 500 $) dont l’hypothèque est amortie sur 25 ans. Imaginons que la banque vous propose un taux d’intérêt de 2 %. Vos paiements mensuels seraient alors de 1464 $ et vous payeriez 93 488 $ d’intérêt au terme des 25 années (supposant que votre taux demeure le même d’ici là). 

En revanche, si vous parvenez à négocier avec votre banque pour abaisser votre taux d’intérêt, par exemple à 1,9 % au lieu de 2 %, cela peut faire une bonne différence. Reprenons notre exemple. Vos paiements mensuels diminueraient de 16 $ par mois, et au terme des 25 années, vous aurez économisé 4989 $. 

2. Recherchez une maison qui n’est pas clé en main

En achetant une maison entièrement rénovée – dont cuisine, salles de bain et plancher sont au goût du jour –, vous payez une prime. Et la prime est particulièrement élevée ces jours-ci. 

Entre vous et moi, cela peut valoir la peine d’acquérir une maison qui a besoin d’un coup de pinceau et de quelques rafraîchissements. Rien ne vous empêche d’entreprendre vous-même certaines rénovations et de les étaler dans le temps. Si votre budget est serré, vous pouvez attendre quelques années et refinancer votre maison pour financer les plus gros travaux. 

3. Élargissez votre périmètre de recherche

Puisque les prix des maisons peuvent énormément varier d’une ville à l’autre, et même d’un quartier à l’autre, cela peut valoir la peine d’agrandir votre périmètre de recherche et de faire des comparaisons. 

Supposons que vous souhaitez acheter un plain-pied sur la Rive-Sud de Montréal et que vous aimez beaucoup la ville de Boucherville. Selon les dernières statistiques de Centris, le prix médian d’un plain-pied en mars 2021 était de 465 000 $. Si l’on s’éloigne à 40 minutes vers l’ouest, à Châteauguay, le prix médian du plain-pied tombe à 400 000 $. Et à 30 minutes vers l’est, à Saint-Hyacinthe, le prix médian du plain-pied était de 350 000 $, soit 115 000 $ de moins. 

Quelques heures de magasinage et de comparaison peuvent donc vous faire économiser des dizaines de milliers de dollars. 

Conseils  

  • La première chose à faire est d’aller cogner à différentes portes afin d’obtenir la meilleure offre de financement ainsi qu’une préapprobation hypothécaire. Déterminez ensuite le montant dont vous avez besoin, puis calculez votre budget total pour l’achat de votre maison. 
  • Un courtier hypothécaire pourra vous aider à comparer différentes offres, ainsi qu’à trouver un produit hypothécaire adapté à vos besoins.  
  • Intéressez-vous aux conditions du marché spécifiques à la ville ou au quartier qui vous intéresse. Cela vous aidera à négocier et à mieux choisir.   

Ghislain Larochelle est un professionnel inscrit à l’Ordre des ingénieurs du Québec ainsi qu’à l’OACIQ.

À VOIR AUSSI | Hausse record du prix des maisons du Grand Montréal