/misc
Navigation

Cyber Ninjas et recomptage en Arizona

Bloc situation vote élections élection
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Aussi étrange ce titre puisse-t-il paraître, je ne vais pas vous parler ici d’un jeu vidéo ou d’un film d’animation. Cyber Ninjas est le nom d’une firme de la Floride qui a obtenu l’autorisation de procéder au recomptage des votes de l’élection 2020 pour une circonscription de l’Arizona.  

Non, vous n’avez pas la berlue et non, le confinement n’a pas sur vous des effets peu documentés et on ne note aucun effet secondaire de cette nature après la vaccination. Oui, après tout le psychodrame, tous les recours devant les tribunaux et une campagne de désinformation sans précédent, on trouve encore des théoriciens du complot et des partisans de Donald Trump qui remettent en question le résultat de l’élection. 

Soyons clairs : Biden a été élu de manière parfaitement légitime et l’Arizona, comme d’autres États, a procédé à un recomptage avant de certifier le résultat de l’élection. Pourquoi vous parler d’un nouvel épisode burlesque? Parce que des auditeurs et des lecteurs croient encore que nous leur dissimulons la vérité. 

Je n’avais pas encore mentionné cette histoire tout simplement parce que ça ne tient pas la route et que les acteurs impliqués sont pour le moins louches et peu crédibles. Je tenais malgré tout à souligner cette nouvelle manifestation de soutien au 45e président, signe de son influence bien réelle sur des sénateurs qui miseront tout sur leurs partisans pour les élections de mi-mandat en 2022.  

La politicienne la plus active dans ce dossier est l’ancienne sénatrice républicaine Kelli Ward. Mme Ward a obtenu le soutien de Donald Trump pour accéder à la présidence de sa formation politique pour l’Arizona en 2019. Dès l’annonce des résultats confirmant la défaite du président républicain, elle a multiplié les recours légaux sans jamais parvenir à prouver des allégations de fraude. Ce n’est donc pas étonnant qu’elle revienne à la charge et qu’elle soit mêlée à cette histoire. 

La firme privée qui procédera au recomptage, Cyber Ninjas, est inconnue des principaux analystes de la scène politique, et ce, même dans l’État auquel elle est rattachée, la Floride. Un responsable républicain du Sunshine State a confirmé au site POLITICO n’avoir jamais entendu parler de cette compagnie. 

Étonnant que, dans un État aussi important que la Floride au plan électoral, personne ne semble connaître cette firme, et pourtant les électeurs de la Floride peuvent énumérer une longue liste de résultats serrés et controversés. D’ailleurs, Cyber Ninjas offre essentiellement à ses clients une protection contre les pirates informatiques et son site ne réfère à aucune expertise quelconque en matière de vérification de résultats électoraux. 

Ce qu’on sait, par contre, c’est que le dirigeant de la compagnie est un théoricien du complot connu et un partisan de Donald Trump. Pour ajouter au caractère sulfureux de la démarche, on ne s’est pas contenté d’exiger un recomptage, on a également demandé à ce que la procédure se fasse dans le plus grand secret et qu’on débatte de la question en cour sans permettre l’accès au public ou aux médias. 

Le topo est complet. Une démarche partisane, une remise en question de tout un processus terminé depuis la certification des résultats et une firme n’ayant aucune expertise dans le domaine qui effectuera un recomptage à la main. 

En cette fin avril 2021, nous en sommes là. Le cycle électoral 2020 offre encore des rebondissements qui ne sont pas sans rappeler le cirque continuel des quatre années de la présidence Trump. 

Vous en doutez encore? Nous apprenions hier que le FBI avait effectué une perquisition dans l’appartement de Rudy Giuliani, ancien maire de New York et ancien avocat de Donald Trump. Giuliani devient, après Michael Cohen, le deuxième avocat de l’ancien président à recevoir la visite du FBI. 

Comme je l’ai si souvent écrit ou dit, l’administration Trump aura été la plus malhonnête, ou la plus maladroite, de l’histoire des États-Unis. Non seulement aura-t-on exploité de manière éhontée la désinformation, mais plusieurs membres de l’entourage du 45e président ont été sous enquête et, jusqu’à maintenant, six se sont retrouvés derrière les barreaux. Une «performance» inégalée. 

Je m’arrête ici, car, depuis le 20 janvier, je me concentre sur l’actuelle administration, me refusant habituellement à entretenir le sensationnalisme associé à la couverture de l’administration Trump. Mais, bon, puisque certains d’entre vous croyaient qu’on leur cachait des choses, je tenais à préciser que la plus récente démarche judiciaire n’a pas plus de crédibilité que les précédentes.