/finance
Navigation

Grève au Port de Montréal: la loi spéciale adoptée la nuit dernière

Grève au Port de Montréal: la loi spéciale adoptée la nuit dernière
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La loi spéciale prévoyant la reprise et le maintien des activités au Port de Montréal a été adoptée, dans la nuit de mercredi à jeudi, à la Chambre des communes.

La loi C-29 doit être adoptée au Sénat avant sa mise en application. Le débat est prévu vendredi.

Après l’approbation par le Sénat, les débardeurs, en grève depuis lundi, seraient dans l’obligation de retourner travailler.

Une fois entrée en vigueur, la loi spéciale imposera un arbitre-médiateur qui pourra trancher entre les deux parties dans un délai de 90 jours.

Le gouvernement fédéral a d'abord adopté, mercredi, une motion de clôture pour accélérer l'adoption de cette loi visant l'arrêt de la grève des débardeurs.

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

La ministre du Travail, Filomena Tassi, a justifié l’emploi du bâillon par l’«urgence» de régler ce conflit de travail, dont les répercussions sur l’économie gravitent entre 10 et 25 millions $ par jour.

Elle a aussi suggéré que du matériel important, incluant du matériel médical d’urgence, est resté coincé dans le port, ce que nie le syndicat des débardeurs.

D'autres produits importants, comme des semences pour les agriculteurs, seraient aussi otages de la grève.

Les 1150 travailleurs syndiqués demandent surtout la possibilité d'alléger les horaires pour permettre une meilleure conciliation travail-famille. Un point de presse est prévu jeudi après-midi à la Maison des débardeurs.