/opinion/columnists
Navigation

Il est temps d’ouvrir la vaccination à tous

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de la vaccination, le gouvernement du Québec fait du bon travail avec les doses qu’il reçoit.

Il ne peut pas faire de magie. Car l’approvisionnement, c’est le travail du fédéral, et on sait depuis longtemps que pour un pays du G7, le Canada devrait avoir de la production de vaccins sur son territoire.

900 000 rendez-vous 

Mardi, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a signalé que plusieurs rendez-vous ont été ouverts pour les malades chroniques et travailleurs essentiels à risque : « On a ouvert plus de 900 000 rendez-vous pour ces deux catégories de personnes là depuis jeudi passé, puis il reste encore beaucoup de rendez-vous disponibles. » 

Les personnes dans ces catégories (8 et 9) auraient dû avoir droit au vaccin depuis longtemps.  

On a vu plusieurs malades chroniques déçus par la liste trop restrictive. Ainsi, ils se sont fait vacciner lorsque l’AstraZeneca a été offert aux 55 ans et plus et aux 45 ans. 

Le gouvernement a peut-être surestimé le nombre de personnes dans les groupes 8 et 9. Faut garder en tête qu’il y a près de trois millions de Québécois qui ont reçu au moins une dose. 

Dernière chance 

Les propos du ministre Dubé étaient une invitation aux personnes des catégories 8 et 9 de prendre leur rendez-vous avant qu’on passe à la population en général.  

La vaccination par groupe d’âge semble être plus facile à organiser que celle par groupe d’intérêt. Le gouvernement a dû expliquer plusieurs fois comment prendre un rendez-vous. 

Depuis un an, on a appris que les consignes simples étaient les plus productives. 

Gardons cette ligne de pensée et permettons à tous les adultes de prendre leur rendez-vous pour recevoir le Pfizer-BioNTech ou le Moderna.  

Dans cette guerre contre ce virus, on n’a pas le luxe de se compliquer la vie. Alors, ouvrons la vaccination à tous !