/opinion/columnists
Navigation

Joe Biden: les 100 jours de l’espoir

Coup d'oeil sur cet article

Les 100 premiers jours de Joe Biden à la Maison-Blanche étonnent et impressionnent. Ce président américain de 78 ans, de qui l’on attendait qu’il soit l’antithèse de Donald Trump en toutes choses, livre la marchandise avec brio.

Apaisant, compétent, respectueux, rassembleur, ouvert d’esprit et clairement progressiste, Joe Biden a même su prendre la pandémie à bras-le-corps. Pendant que Trump se vautrait dans le déni, rappelons que des centaines de milliers d’Américains sont morts de la COVID-19.

Aux antipodes, le nouveau président Biden, portant aussi le masque pour donner l’exemple, avait promis qu’en 100 jours, 100 millions d’Américains seraient vaccinés. 

Immunité collective

Or, c’est plus de 200 millions qui l’ont déjà été. Sous Biden, les États-Unis voguent rapidement vers l’immunité collective, la clé d’un retour imminent à la normalité.

Défenseur d’une justice sociale nettement plus marquée que sous le président Barack Obama, il multiplie les annonces d’immenses investissements publics, dignes d’une reconstruction nationale d’après-guerre. 

En éducation, immigration, transport, changements climatiques, logements, familles, etc., Joe Biden est un homme pressé d’agir. Y compris en voulant réformer la culture policière et mieux combattre le racisme.

Joe Biden est pressé d’avancer. Pressé de redonner vie à un pays laissé en lambeaux par son prédécesseur fou et destructeur.

Polarisé

Son pays demeure néanmoins profondément polarisé. Trump en était à la fois le produit le plus toxique et son plus redoutable carburant. Le racisme, véritable gangrène sociale depuis la fondation des États-Unis, est aussi loin d’avoir encore dit son dernier mot. 

Sur la scène internationale, la présidence Biden-Harris redore la réputation ternie de son pays par Trump, dont l’unique politique étrangère était de lécher docilement les bottes de Poutine.

Malgré les dysfonctions persistantes de la société américaine, le président Biden est en voie d’insuffler à son peuple l’espoir de jours meilleurs. En 100 jours à peine. Qui dit mieux ?